16 juin 2018

Le Mal de terre, André de Richaud (1947) (26)

     Et pendant que la femme se tordait dans les bras du mal mystérieux, l'homme alla jusqu'au foyer, saisit le mortier de marbre dont on se sert en Provence pour faire l'ailloli et, marchant à pas de loup, étouffant son rire, s'approcha de sa femme. Il brandit un instant le lourd mortier, et visant le visage de la malheureuse, le lança... On entendit un craquement plutôt qu'un cri. La tête de la femme était en bouillie. Elle n'avait pas bougé.      Ulysse alors souffla la lampe, saisit à... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 juin 2018

Le Mal de terre, André de Richaud (1947) (25)

     Son honneur était donc sauf. Il allait se pencher pour saisir sa femme et la transporter sur le lit, comme il le faisait en pareille occasion, quand une idée venue du diable l'aveugla. Certaines pensées sont si fortes qu'elles attirent les yeux, comme des regards, vous soumettent à elles sans possibilité de se délivrer. Sa colère remonta à son coeur.      - Ah ! vaurienne ! Tu le fais exprès pour me faire croire qu'il t'a pas eue. A d'autres ! Tu crois peut-être qu'Ulysse va se laisser... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juin 2018

Le Mal de terre, André de Richaud (1947) (24)

   Une bave épaisse lui coulait des lèvres. Le visage de sa femme à demi étranglée était violet ; ses yeux lui sortaient des orbites. Elle se mit à hurler. L'homme flanqua le poing dans sa bouche. Les yeux de la femme tournèrent comme des billes et elle s'abattit sur le sol en proie à la plus forte crise qu'elle ait jamais eue.      L'homme respira. Tout devenait clair à son esprit. Il s'était donc trompé. Il faut peu de chose pour faire trébucher une grande colère. Appuyé au mur, il regardait sa femme... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 21:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 juin 2018

Le Mal de terre, André de Richaud (1947) (23)

     L'été avançait. Pendant de longs mois la pluie se fit attendre. Tout était desséché et demandait l'eau. Ulysse était dans un état d'exaltation qui faisait peur à sa femme. Un soir il la saisit par le cou, la colla au mur et, lui empestant le visage de son haleine alcoolisée - car il s'était mis à boire, - lui gueula :      - Avoue-le qu'il t'a eue, le caraque, pendant que je t'étais saoul ! Il t'a guérie du mal de la terre, peut-être ; mais tu vas voir, tu vas voir... Tu lui as fait voir... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 13:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juin 2018

Le Mal de terre, André de Richaud (1947) (22)

     L'adultère était pour ce paysan borné le plus grand des péchés, le seul péché. Le Péché. Son sang battait ses tempes à la pensée que sa femme avait pu être violée. Il voyait du feu. Il avait envie de tuer. Une jalousie furieuse lui mordait le coeur. Il regardait, pendant de longues heures, sa femme, souhaitant qu'une crise la prenne qui le délivrerait de ses soupçons ; mais elle riait, elle était heureuse.      Lui demander ? Que peut-on faire avouer à une femme, si elle ne veut pas ?... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 juin 2018

Le Mal de terre, André de Richaud (1947) (21)

     Au début, ce n'était qu'une vague idée, comme on en a tant quand on ne parle pas de toute la journée ; quand on reste pendant des heures et des heures enfermé en soi-même. Puis cette idée, parmi toutes les autres idées qu'il avait dans la tête, était devenue lancinante et douloureuse.      "Du moment que la Rondasse est guérie, c'est qu'il l'a touchée. Il a profité de ce que j'étais saoul comme une vache, grâce à cette liqueur de lune. Alors, s'il l'a touchée... malheur !" ... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juin 2018

Le Mal de terre, André de Richaud (1947) (20)

     Ulysse, roulé dans la paille, n'arrivait pas à s'endormir pour la sieste. Il entendait, dans la cuisine, le pas de la Rondasse alourdi par la chaleur. Le soleil de trois heures cuisait le mur de la maison, et dans l'ombre du grenier à foin, les mouches bourdonnaient. L'homme avait les yeux grands ouverts dans l'ombre. Des brins de paille lui piquaient la poitrine et une pensée lui piquait l'esprit. C'était toujours quand il s'éveillait, ainsi, que la malheureuse idée lui venait et qu'il pensait à ce voyou de... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 09:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 juin 2018

Le Mal de terre, André de Richaud (1947) (19)

     L'été revint avec ses pierres brûlantes sur le seuil des portes, ses lézards sur les tuiles et le suc épais coulant des fleurs mortes de chaud. Aux Lointes-Bastides, le travail des champs continuait. Les moissons étaient maigres, car la terre n'était pas riche, mais ces gens étaient habitués à se contenter de peu. Les chèvres, au bord des chemins, broutaient une herbe brûlée. Toute la journée, un soleil de plomb emplissait la combe jusqu'au bord.
Posté par herve le derve à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juin 2018

Le Mal de terre, André de Richaud (1947) (18)

     Dans ce pays, on ne songe pas à aller informer les gendarmes de ses mésaventures. Ils continuèrent à vivre avec les cinq billets en moins. Que serait allé dire aux gendarmes Ulysse ? N'était-il pas le premier coupable ? Et puis, ces caraques, on ne les retrouve jamais ! La loi en a peur...
Posté par herve le derve à 20:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juin 2018

Le Mal de terre, André de Richaud (1947) (17)

     Elle porta la main à ses oreilles et n'avait plus ses pendants. Elle se mit à hurler et descendit dans la cuisine. Tout y était démoli et sous la table gisait Ulysse, qui la regarda un instant avec les yeux de quand il avait bu. Elle lui expliqua tout pendant qu'il se relevait péniblement et, comme elle entrait dans la colère, il lui donna une formidable gifle en lui disant d'un air abruti :     - Que vos qu'i faque ? (Qu'est-ce que tu veux que j'y fasse ?)      La femme... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 22:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]