27 août 2012

Vu la raison se perdre dans le temps

     Je dois dire qu'il y a maîtrise, tant au niveau du scénario que du rythme, de l'image, tout, les acteurs... Et pourtant, l'ennui avait le temps que creuser un espace conséquent entre le film et moi.      A perdre la raison de Joachim Lafosse fait son chemin, dans le temps. Il faut s'accrocher à cet étrange objet, avec le temps, comme le vin, il s'ouvrira. ... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 août 2012

Ombra del Sud

     Trouvé aussi sur le marché des nouvelles de Dino Buzzati que je ne connaissais pas : Panique à la Scala (Paura alla Scala), vingt-quatre récits sortis en 1958. Je vais les dévorer avant la rentrée... Esempio :   4. OMBRA DEL SUD Tra le case pencolanti, le balconate a traforo marce di polvere, gli anditi fetidi, le pareti calcinate, gli aliti della sozzura annidata in ogni interstizio, sola in mezzo a una via io vidi a Porto Said una figura strana.
Posté par herve le derve à 14:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 août 2012

autre film britannique

     Cela me fait penser à un autre film britannique remarquable cette année : Tyranosaur de Paddy Considine. J'ai déjà dû en parler ici. Autre force, bien plus brute, un monde enfermant, avec une seule ressource, l'amour, à donner, à prendre.  
Posté par herve le derve à 21:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 août 2012

Broken vu

     Quel film ! Broken de Rufus Norris !    J'aime ces films anglo-saxons, sensibles, sociaux, construits comme un puzzle implacable, chaque pièce venant s'imbriquer à sa voisine, dans une dramatisation parfaite !      On voit les soucis venir petit à petit même si on veut croire que cela ne se rétrécit pas, qu'une issue est possible, nécessairement possible !    
Posté par herve le derve à 21:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 août 2012

spleen et twixt

     Par la fenêtre, je regarde le ciel, le ciel bas et lourd, vous connaissez la suite...    J'avais été surpris de retrouver ce poème de Baudelaire dans le dernier film de FF Coppola : Twixt, interprété je crois par le jeune acteur Alden Caleb Ereinreich.                          ... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 13:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 août 2012

lire des poèmes la nuit quand le vent vient sécher nos corps

     Hier soir, lecture de poèmes à deux. Il en ressort qu'Apollinaire tient toujours autant la route, que Michaux est un grand original et blagueur, que du Bouchet aurait dû chercher un rythme et une idée...      Quant à Rimbaud : rien de nouveau sous la canicule : beau, libre, solaire !
Posté par herve le derve à 13:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 août 2012

petites lectures

     Comme je n'arrive pas à travailler sur Fin de partie comme j'en avais l'intention, je lis en parallèle pour me détendre. Fini Histoire de l'oeil de Georges Bataille. De belles phrases, un style affirmé mais je n'ai pas senti grand-chose en lisant cette dépravation. Des années auparavant, je me souviens d'une forte excitation quand nous l'avions lu au lit en couple... Je voulais voir ce qu'il en restait...      Relu Noces de Camus, je suis toujours impressionné par ces petits essais. ... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 11:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 août 2012

passons à Davies

     Plutôt que de bavasser sur ce film de Xavier Dolan, j'ai regardé depuis mon lever les critiques sensées sur son oeuvre, bien.    Ensuite, j'ai zieuté les extraits des films de Terence Davies, The long days closes, Distant voices, Children, avant d'aller voir ce soir The Deep Blue Sea.
Posté par herve le derve à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 août 2012

Anyways, des bruits et des sons

     Oui, d'avoir vu tous ces films pollue parfois mon regard.    Hier soir, j'étais infoutu d'apprécier les quelques minutes pas trop loupées de Laurence Anyways de Xavier Dolan.     Soit il filme trop, soit pas assez. Des couches et des couches de sons, de musiques qui vous décollent des images, vous enfoncent dans le temps arrêté de ces années 80 gluantes.     Je ne veux pas enfoncer un film qui a voulu être un souffle, il faut juste travailler, laisser faire... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 09:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 juillet 2012

Musca et mula

Hac derideri fabula merito potest qui sine virtute vanas exercet minas. (Cette fable peut servir à tourner en ridicule ceux qui prodiguent d'impuissantes menaces.) Phèdre.
Posté par herve le derve à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]