06 décembre 2018

pioche en poésie tchèque (31 : Ivan Wernisch)

Hier dans cette même rue   Hier dans cette même rue derrière la vitre du buffet les ivrognes debout comme aujourd'hui Et la neige descendait si étrangement la nuit si étrangement tombait tout était si triste plus triste que d'habitude Est-ce parce que la journée était d'hier   Ivan Wernisch, Journée d'hier, 1989
Posté par herve le derve à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 décembre 2018

pioche en poésie tchèque (30 : Marek Stašek)

Je n'arrive pas à me rappeler ces mots Rien que le mois de mars des murs d'un froid abrupt et là au loin hors la parole des peupliers contre le ciel   Marek Stašek, Manuscrit, 2002
Posté par herve le derve à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 décembre 2018

pioche en poésie tchèque (29 : Zeno Kaprál)

Les mots   Les mots se balancent sur les vagues, j'en parle dans mes vers et je sens la fatigue. Comme je déteste tout état de fatigue et combien je trouve les mots fatigants.   Surpris à souhaiter que je sois sans paroles, que par des gestes seuls j'annonce la ruine, je me tiens assis, fatigué, sur le muret, les lis des champs autour de moi.   Par le milieu d'un ciel au grand pouvoir s'avance un ange criant d'une grande voix : c'est la chute, chute de Babylone, la ville des fatigués.   Zeno... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 décembre 2018

pioche en poésie tchèque (28 : Petr Kabeš)

Sous la pression brutale de sa conscience il fut incapable d'avouer, ne sut confesser : oh pouvoir, figuier, se dresser là, pouvoir couler, figuier, vers ici. A défaut, il ne fait qu'assister à la lisibilité du lierre.   Petr Kabeš, Cash, 2001
Posté par herve le derve à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 décembre 2018

dédicace à la Vestale

Posté par herve le derve à 10:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 décembre 2018

pioche en poésie tchèque (27 : Stanislav Dvorský)

des robes rhétoriques forcent l'admiration de couturières taciturnes   la nuit exige qu'on l'appelle Fosse   pourquoi alors tes jambes (tu insistais pour qu'on les dise "mouillées"...) cinglent dans le noir comme lors d'une catastrophe ?   Stanislav Dvorský, Amalgames, 1974
Posté par herve le derve à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 décembre 2018

et vu et lu... novembre (2)

Lu et vu du 15 novembre au 30 novembre, plus de H plus j'aime, moins de H moins j'aime... Alef Thau, bande dessinée, 8 tomes, de Jodorowsky et Arno : HH Les foudroyés, court métrage d'Éric Bergeron : HH En liberté, film de Pierre Salvadori ; HH(H) Revoir Paris, bande dessinée, 2 tomes, de Schuiten et Peeters ; HHHH Le palais de glace, bande dessinée d'Aseyn : HHH Ad vitam, série, six épisodes de Thomas Caillet : HH Le Photographe, bande dessinée, trois tomes, d'Emmanuel Guibert, Frédéric Lemercier et Didier Lefèvre ; HHH ... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 16:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 novembre 2018

pioche en poésie tchèque (26 : Jan. Jan Novák ?)

(L'oreille est une souffrance. Clairs-obscurs. Infidélité. Mardi.)   Tes globes oculaires : deux rames dans une mie de pain chaude, rien n'est plus ténébreux. Dans la hiérarchie de la solitude, même cette bandelette de peau entre le nôtre et le mien n'est qu'une diapositive des soleils en éclipse. Après tant d'années d'abstinence, le poumon du fumeur est une ironie et la seule laideur est vive. Qu'elle débouche elle-même ce qui nous est donné, ce qui est depuis longtemps et ce qu'il faut en faire. Nos dieux n'ont toujours... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 novembre 2018

pioche en poésie tchèque (25 : Ivan Schneedorfer)

L'étoile (Liv Ullman)   Elle me dit Good morning d'une voix rouillée comme des tessons d'eau dans le sable Je marche une minute me retourne elle ramasse toujours les coquillages Rentrant en fin de journée je vois une lumière rare Une lampe sur les quais se balance en l'air La lumière en gicle à gauche et à droite Le lendemain matin mettant le manteau je tâte dans la poche un carnet un crayon quelques pièces et des clés Celles, peut-être, de la maison de cette femme pâle ?   Ivan Schneedorfer, Histoires... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 novembre 2018

pioche en poésie tchèque (24 : jiří gold)

tu ouvres la fenêtre sur le jardin en appelant d'une voix opaque : les yeux remplis d'arbres cassés de traces dans la boue de parterres piétinés et d'une pluie incessante   tu ouvres la fenêtre sur le jardin ridé au soleil par le vent : le reste est avant ta voix opaque le reste est en toi   25/9/1991   Jiří Gold, Nuits des jours, 1994
Posté par herve le derve à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]