27 mai 2018

pas tant

le nous porte davantage même si c'est la même chose l'envie de ne plus écrire de ne plus souffrir d'être si peu je nous ou autre
Posté par herve le derve à 14:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mai 2018

Vrac (être poète) (258)

Être poète, élevé au levain des pavés.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mai 2018

bout de mail

Reçu d'une amie peintre et poète aujourd'hui : "Oh il est bon de retrouver le chemin de tes mots... tu sais, je lis tes poèmes, j'y vois en arrière-plan des jaillissements de multivers"
Posté par herve le derve à 17:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mai 2018

Le Mal de terre, André de Richaud (1947) (11)

     Peu à peu, la nuit était tout à fait venue. On ne voyait dans l'ombre que de pâles reflets sur les bras tatoués du caraque. Le litre était vide, le pain avait disparu et l'haleine du jeune homme sentait l'oignon. Le silence de ces deux hommes ne l'inquiétait pas. Qu'ils parlent ou qu'ils se taisent, qu'est-ce que ça peut faire ? Du moment qu'on a l'estomac bien calé !      - Oh ! vous pourriez pas me faire coucher ?      Il parlait très fort, car il sentait que les... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 17:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mai 2018

pour changer, Sojcher

Tu étais de trop avec ta tendresse, tes petits mots yiddish. Tu empêchais mon sexe de grandir.   Je t'en voulais d'être le fils du disparu, qui aurait, lui vivant, fait que je l'aime.
Posté par herve le derve à 17:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mai 2018

et toujours Sojcher

N'être plus que la surface jaunie d'une photographie d'album de famille, dont je serai le mort.
Posté par herve le derve à 17:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mai 2018

du même Sojcher

Tu entres dans l'oubli comme dans la mer. Tu donnes au corps ce qu'il demande : un sexe, un visage éphémère. C'est toucher la bouche avec le genou, si près de l'estuaire qui sépare les membres.   Tes mains cachent ce qu'elles montrent. Je penche la tête vers la naissance du monde. Nous sommes deux prières, les mains jointes, dans une symétrie sans issue.  
Posté par herve le derve à 17:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mai 2018

Le sexe du mort (Jacques Sojcher)

Parfois ce sont les yeux qui font signe, une tache de beauté, la façon de traverser l'espace, le commencement d'une ride, la voix qui chante dès la première syllabe. C'est une alchimie de peau entre un chien, une chienne, deux anges.
Posté par herve le derve à 17:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mai 2018

Dos Passos encore

Le vent souffle paresseusement depuis les quais Une odeur de bateaux et d'étranges bois et tonneaux Et une douceur des ajoncs de l'étal des fleurs Et frôle de sa joue tiède négligente des joues De ceux dans la rue ; la mienne, celle d'un vieux tordu, Les joues poudrées de la fille aux yeux estompés qui Se tient dans l'ombre ; les joues brunes couturées d'un marin, Et celle d'un petit enfant, qui avance en murmurant A son indépendante personne. O vent léger.   Bordeaux
Posté par herve le derve à 17:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mai 2018

La main à la plume (Raymond Queneau)

J'écrirai des poèmes sur le lait le beurre la crème j'écrirai des odes en vers heptasyllabiques sur les vaches les brebis les biques j'écrirais des myriades de myriades de sonnets sur le vent qui couche les lourds épis de blé j'écrirai des chansons sur les mouches et les charançons j'écrirai des sextines sur les fonds de jardin ou se mussent les latrines j'écrirai des phrases obscures sur l'agriculture j'utiliserai des métonymies et des métaphores pour parler de la vie des porcs et de leur mort j'utiliserai l'assonance... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 16:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]