15 juillet 2017

3 mois de cool labeur

     41 planches adaptées de mon roman. Je note tout, les heures passées, les jours... Cela fait peu en fait... Depuis le 15 mai, j'ai passé 21h dessus seulement, à peu près une vingtaine de minutes par jour en moyenne si je ne me trompe pas dans les calculs...      Je rêve toujours de finir à la fin de l'été...
Posté par herve le derve à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juillet 2017

les petits poèmes (2)

il trouvait les siens comment dire moins gourmands moins voluptueux moins lyriques que les autres poèmes   ses poèmes étaient de petites choses de pauvres choses plus précisément le bruit du vin versé au début on entend bien l'écoulement mais il n'y a pas de jus noir  pas de robe encore   autre image proche la bougie qu'on vient d'éteindre on a encore la flamme dans l'oeil mais elle n'y est plus l'avalement du souvenir de la lumière par le noir c'était ça à peu près la coupe irrégulière de ses... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 20:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
04 juillet 2017

les petits poèmes

il écrivait des petits poèmes pour des petites gens perdues face aux grands temps morts que forme la barrière des mots qui ne sont pas sortis sur le trottoir au tribunal ou dans les lits   il écrivait de courtes pointes sans virgule ni rien au hasard des vents de poussière que l'on croit à tort enfermée dans les cours d'immeuble comme les poupons poudrés dans les photos noir et blanc   il écrivait des petits sentiments de la taille de ses rêves infinis face au silence et à l'oubli et ses larmes roulées ne... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juillet 2017

ni poésie ni rien, que des bulles

     Trente-deuxième planche de mon projet BD, j'en escompte trois par jour pour le finir cet été... Et après, hop, un autre projet ! Je n'écris plus rien d'autre, aucune poésie ni rien quand je découpe en BD...
Posté par herve le derve à 21:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juillet 2017

entre William

     Fini de lire Pas Pleurer de Lydie Salvayre, un peu inégal, du temps à entrer, et des moments forts mais mal menés, enfin... un bon moment malgré tout...      Je continue de lire au ralenti Mishima et Ernaux, bon !      Et quelle joie ces dix-sept jours avec Giono ! Commencé Un soir au club de Christian Gailly et Le Bruit et la fureur de William Faulkner, on verra bien... "It is a tale told by an idiot, full of sound and fury, signifying nothing." L'autre William... ... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 21:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juillet 2017

calendrier littéraire (juillet 2017)

Posté par herve le derve à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 juin 2017

L'Homme qui plantait les arbres, Giono (17 et fin)

     Avant de partir, mon ami fit simplement une brève suggestion à propos de certaines essences auxquelles le terrain d’ici paraissait devoir convenir. Il n’insista pas. « Pour la bonne raison, me dit-il après, que ce bonhomme en sait plus que moi. » Au bout d’une heure de marche - l’idée ayant fait son chemin en lui - il ajouta : « Il en sait beaucoup plus que tout le monde. Il a trouvé un fameux moyen d’être heureux ! »      C’est grâce à ce capitaine que, non... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 juin 2017

L'Homme qui plantait les arbres, Giono (16)

     En 1933, il reçut la visite d’un garde forestier éberlué. Ce fonctionnaire lui intima l’ordre de ne pas faire de feu dehors, de peur de mettre en danger la croissance de cette forêt naturelle. C’était la première fois, lui dit cet homme naïf, qu’on voyait une forêt pousser toute seule. À cette époque, il allait planter des hêtres à douze kilomètres de sa maison. Pour s’éviter le trajet d’aller-retour - car il avait alors soixante-quinze ans - il envisageait de construire une cabane de pierre sur les lieux... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 juin 2017

L'Homme qui plantait les arbres, Giono (15)

     Mais la transformation s’opérait si lentement qu’elle entrait dans l’habitude sans provoquer d’étonnement. Les chasseurs qui montaient dans les solitudes à la poursuite des lièvres ou des sangliers avaient bien constaté le foisonnement des petits arbres mais ils l’avaient mis sur le compte des malices naturelles de la terre. C’est pourquoi personne ne touchait à l’œuvre de cet homme. Si on l’avait soupçonné, on l’aurait contrarié. Il était insoupçonnable. Qui aurait pu imaginer, dans les villages et dans les... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 juin 2017

L'Homme qui plantait les arbres, Giono (14)

     Il avait suivi son idée, et les hêtres qui m’arrivaient aux épaules, répandus à perte de vue, en témoignaient. Les chênes étaient drus et avaient dépassé l’âge où ils étaient à la merci des rongeurs ; quant aux desseins de la Providence elle-même, pour détruire l’œuvre créée, il lui faudrait avoir désormais recours aux cyclones. Il me montra d’admirables bosquets de bouleaux qui dataient de cinq ans, c’est-à-dire de 1915, de l’époque où je combattais à Verdun. Il leur avait fait occuper tous les fonds où... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]