21 février 2014

temps racorni

     Les années commencent où les personnes autour de nous, partant une à une, formant une chaîne sans fin, nous rappellent combien de temps réduit nous reste-t-il encore à vivre...
Posté par herve le derve à 22:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 février 2014

proverbes 1 -gratte chèvre

Ballade des proverbes   Tant gratte chèvre que mal gît,
Posté par herve le derve à 21:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 février 2014

l'horreur deux fois

     L'horreur affrontée à nouveau hier soir, deuxième vision d'Antichrist de Lars von Trier, toujours aussi rude, animal, fou et sanglant...
Posté par herve le derve à 21:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 février 2014

ginger and lemon

     Les filles insistaient pour une boisson maison gingembre citron, et, benêt, je leur ai préparé, résultats des courses, elles sautent encore plus haut sur leur lit !
Posté par herve le derve à 20:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 février 2014

aucune avancée

quinze mille cent cinquante huit nuits fois huit heures j'ai dû dormir 124263 heures !
Posté par herve le derve à 00:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2014

dernière soirée

     Encore une soirée avec Eluard et toujours cette déception ! Beaucoup d'images répétitives, il écrivait trop, sans inspiration même s'il renverse l'inspiration, elle est pour nous, mais on ne peut s'inspirer vraiment de poèmes si vite torchés !      J'exagère, je sais bien...
Posté par herve le derve à 20:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 février 2014

Paul entre deux

     Passé la soirée avec Paul Eluard, très étrange ressenti, j'aime et je n'aime pas ce poète. Rimbaud, Reverdy, Corbière, Laforgue, Baudelaire, Verlaine, Soupault, Aragon, Michaux, Desnos... peuvent me parler directement, lui, c'est plus sinueux, répétitif et fuyant.           Même si... Des images libres fortes !
Posté par herve le derve à 22:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 février 2014

pas dehors

     Une grande amie d'avec qui je raccroche le combiné et qui m'a remémoré ce poème La Parole, et inspiré le petit poème d'hier soir, me demande qui est "il" dans mon poème ("Il a la beauté facile"...), en-dehors du poète capital de la douleur, j'ai répondu : "Lui ? le poète, l'autre, celui qui a la parole et la délivre, moi, celui qui n'y va pas, chez qui les mots font boule dedans, pas dehors..."  
Posté par herve le derve à 08:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 février 2014

La parole dernière

Et l’ombre qui descend des fenêtres profondes Epargne chaque soir le coeur noir de mes yeux. Paul Eluard, Capitale de la douleur, 1923
Posté par herve le derve à 23:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 février 2014

être ou avoir...

Il a la beauté facile et c'est heureux pour lui. Pour moi ? Les mots doivent ravaler, draguer tout ce qui a déjà été dit par d'autres et par l'intérieur de ma voix, cette conscience endormie. Dans les boucles fermées, les perles acceptent de s'enfler, pour la forme, pour le sourire d'un son. Et tout retombe, de si peu haut ; si nous avions seulement monté... Tout ça pour figer le nuage et la main, en l'air, retombés, ouverts. Et les yeux toujours, ses fenêtres et les miennes, davantage meurtrières que les siennes, ouvertes à... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 23:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]