18 décembre 2012

songes liquides

     Des vomis la nuit, charmant les petits enfants malades, leurs jambes qui nous enserrent, les songes interrompus, je les aime, mais alors si fort !
Posté par herve le derve à 08:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 décembre 2012

encore un verre !

     Deux verres de vin et je m'engage à réaliser un film ! La production ? L'argent ? Les conditions ? Je reprendrais bien un verre !
Posté par herve le derve à 23:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 décembre 2012

un autre film !

     Ne nous emballons pas, un autre projet de film, un 26', un documentaire sur une mise en scène de théâtre ! Ne nous emballons pas, yahhooouuawuaw !      Faut réfléchir, faut voir mon partenaire technique, sans lui, je ne sais rien faire... et les dates, toujours les dates !
Posté par herve le derve à 22:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 décembre 2012

Bourrée, de Cédric Underfog ( nouvelle 3 du partage d'écriture 3 : le thème nous cherche)

Bourrée   "Il est vain d'écrire sur des thèmes choisis. Nous devons attendre d'avoir allumé une flamme dans notre esprit. Il doit y avoir une force reproductrice et génératrice de l'amour derrière chacun de nos efforts pour réussir. La décision froide ne donne naissance, n'aboutit à rien. C'est le thème qui me cherche, et pas le contraire. La relation du poète à son thème est une relation amoureuse."H. D. Thoreau, La moelle de la vie, 500 aphorismes. Pour réussir, n’aboutis à rien… Qui me cherche ? Un poète ?... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 22:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 décembre 2012

folles émotions à traduire

    Une lectrice des poèmes de Jules Laforgue me fait remarqer qu'elle aurait bien aimé écrire elle-même l'un d'eux, bien sûr, c'est ça la poésie ! Elle exprime avant nous nos sentiments ! Les poètes ont quelques longueurs d'avance sur nous, pauvres humains sous le joug de nos émotions que nous trouvons folles et intraduisibles...
Posté par herve le derve à 11:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 décembre 2012

un site

     Quel travail ! Merci à Laforgue.org ! Complet ! Superbe !
Posté par herve le derve à 22:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 décembre 2012

stupeur toujours

Stupeur Sonnet pour éventail. Les hommes vivent comme s'ils ne devaient jamais mourir. A les voir agir on dirait qu'ils n'en sont pas bien persuadés. Young, 1ère Nuit. Sous le gaz cru j'allais à l'heure où l'enfant dort. Des spectres maquillés traînaient leur jupon sale, Les cafés se vidaient, un bal, par intervalle, M'envoyait un poignant et sautillant accord. Et soudain, je ne sais par quel lointain rapport, Me revint une phrase oubliée et banale, Et je restai cloué, me répétant trés-pâle : « Chaque jour qui s'écoule... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 22:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 décembre 2012

première nuit

La première nuit Voici venir le soir doux au vieillard lubrique. Mon chat Mürr, accroupi comme un sphinx héraldique, Contemple inquiet de sa prunelle fantastique Monter à l'horizon la lune chlorotique. C'est l'heure où l'enfant prie, où Paris-Lupanar Jette sur le pavé de chaque boulevard Les filles aux seins froids qui sous le gaz blafard Vaguent flairant de l’œil un mâle de hasard. Moi, près de mon chat Mürr, je rêve à ma fenêtre. Je songe aux enfants qui partout viennent de naître, Je songe à tous les morts... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 21:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 décembre 2012

entre deux néants

L'homme entre deux néants n'est qu'un jour de misère.
Posté par herve le derve à 21:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 décembre 2012

pour l'épouvantail...

Sonnet pour éventail Stupeur! Derrière moi, sans que j'aie existé, Semant par l'infini les sphères vagabondes En les renouvelant de leurs cendres fécondes, A coulé lentement toute une éternité. Jamais ! Puis me voilà dans la nuit rejeté. Tout est fini pour moi, cependant que les mondes, L'autre éternité, vont continuer leurs rondes, Aussi calmes qu'aux temps où je n'ai pas été. Juste le temps de voir que tout est mal sur terre, Que c'est en vain qu'on cherche un cœur à l'univers, Qu'il faut se résigner à l'immense mystère, Et... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 21:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]