31 août 2012

une simple pièce

hier elle a traversé sa route pour me demander une pièce son cahier était noirci de chiffres d'additions de divisions j'espérais des mots des textes des poèmes même non le total des oboles tout au plus la pluie menaçait je ne sais pas où elle se réfugierait si ça tombait vraiment les automobilistes nous couvraient toujours de leurs yeux faussement vides je lui donnais une simple pièce la monnaie de la bonne bouteille que je venais d'acquérir un merci rapide elle traverse à nouveau pour un autre... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 14:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 août 2012

Disparaître aussi facilement...

     Oyez oyez jeunes gens, qui aiment manier la plume, deuxième thème pour une nouvelle à éditer sur ce blog et ailleurs !      C'est en lisant le très sympathique roman Le Chapeau de Mitterrand d'Antoine Laurain, que j'ai eu cette idée de partage d'écritures ! Pour fin septembre cette fois, rédiger quelque chose à partir de ces phrases : "Comment pouvait-on disparaître aussi facilement de la vie de quelqu'un ? Peut-être avec la même facilité, en définitive, qu'on y entrait. Un hasard, des... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 14:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 août 2012

points de suspension

     Une grande fatigue, dormir comme seul échappatoire à la rentrée...      Je ne m'occupe de rien cette année, ni travail, ni administratif, santé...      Je suis toujours très fort en évitement...
Posté par herve le derve à 14:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
30 août 2012

La miotée !

     En goûtant en charmante compagnie, un mot de mon enfance est remonté de l'oubli.      La MIOTEE ! Le dimanche soir, ma mère décrétait qu'elle ne ferait pas de repas, c'était libre à chacun de manger ce qu'il trouvait, et très souvent, je prenais une "miotée".    J'ai cherché en vain dans le petit Robert avant de le trouver sur internet, grâce au merveilleux travail de Louis Du Bois avec son Glossaire du patois normand.      Je cite : "MIOCHÉE ; MIOLÉE ;... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 17:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 août 2012

haïku d'amie

Fin de l’été, Sur la vague vite s’efface,Lumières d'automne déjà.   Christine
Posté par herve le derve à 11:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 août 2012

les arcs électriques

les trains en-dessous d'elle qui freinent avant la gare ou qui se lancent vers les suivantes son chien à ses côtés qui ne vibre plus comme elle à ces passages aux arcs électriques qui se tendent jour et nuit sous son pont immobile
Posté par herve le derve à 11:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 août 2012

placard à mots

      Non, je rêve d'un autre blog, avec des photos que j'aurais prises comme avant, des textes que j'aurais enregistrés avec mon zoom, des vidéos décalées et surréalistes que j'aurais montées avec délectation...       A la place, des mots, vieux, usés, répétitifs, peu solaires, un vrai placard à mots ce blog...
Posté par herve le derve à 11:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
28 août 2012

"Avant, néant. Après, le vide."

     J'avance dans la petite fable d'Antoine Laurain, oui, Buzzati convient comme comparaison. C'est léger, un peu scolaire comme écriture mais ça fonctionne.      Je lisais ça tout à l'heure : "Comment pouvait-on disparaître aussi facilement de la vie de quelqu'un ? Peut-être avec la même facilité, en définitive, qu'on y entrait. Un hasard, des mots échangés et c'est le début d'une relation. Un hasard, des mots échangés, et c'est la fin de cette même relation. Avant, néant. Après, le vide."... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 10:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 août 2012

desseins de recueils

     Commencé de ranger mes poèmes, comme des évidences de thèmes, à réunir. C'est quand on ne croit pas écrire que parfois la magie des mots opère...
Posté par herve le derve à 09:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 août 2012

attraction du Chapeau de Miterrand, oui oui 2 t 2r 1 d...

     C'est comme la vie la lecture, on croit qu'on lira ce soir tel livre et mystérieusement un autre apparaît dans notre main, un parfaitement inattendu, inconnu, inopportun, intempestif...     Je m'apprêtais donc à continuer de lire Panique à la Scala de Dino Buzzati quand Le Chapeau de Mitterrand d'Antoine Laurain l'a bousculé, piétiné, renversé...     En attendant de retrouver une amie, je m'arrêtais chez un ami d'enfance qui venait de le lire. Deux trois arguments choc : " C'est... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 09:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]