19 octobre 2012

lourde aux yeux la mélasse et aux pieds

     J'aime voir sur internet le nombre de fois que sont repris les citations, les poèmes. On ne vérifie plus, on copie-colle, comme moi, des textes, des images, des poèmes, des culs, des soleils, bleux ou rouges, ton rouge-à-lèvres que j'ai léché tant de fois depuis ton départ, des nuits, des prunes vertes comme une infinie de comparaisons inutiles, mes nuits collées sur l'écran, les vôtres, même mélasse, informe et lourde aux yeux et aux pieds.        Et c'est parti pour un poème pioché... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 13:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

19 octobre 2012

toutou le blog

     Je rêve d'un blog intime, que les nouvelles du corps, à la Pennac ! Où je dis tout ! Tout !      Je ne vous en communiquerai pas l'adresse ni le nom ! Pur secret !
Posté par herve le derve à 12:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 octobre 2012

pur coton mes caleçons !

     Un restaurant à midi annulé au dernier moment, un établissement sans électricité, des élèves qui ne viennent pas, au moins, j'ai pu m'acheter trois caleçons, pur coton ! Et finir le petit Pouy !
Posté par herve le derve à 12:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 octobre 2012

ce crétin de Pouy !

     J'aime à lire au ralenti le petit livre de Jean-Bernard Pouy, Ce crétin de Stendhal ! Des mots goûtés, doucement, comme la choco dans mon café !
Posté par herve le derve à 10:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 octobre 2012

ne pas attendre

     Ne rien attendre de l'amour, compter sur soi, soi debout, seul, avant de rencontrer les âmes soeurs...
Posté par herve le derve à 10:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 octobre 2012

retrait de texte

     Pour d'excellentes raisons, Cédric Underfog, auteur d'un texte dynamique sur ce blog, m'a demandé de retirer son texte du blog, pas de soucis... J'espère que les lecteurs se sont régalés avant qu'il disparaisse...      Message à Cédric Underfog, envoie-moi d'autres textes, fou !
Posté par herve le derve à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 octobre 2012

rêve de lettre

     J'ai rêvé qu'un lecteur américain de mon blog m'envoyait un courrier, long courrier avec les bandes dessinées underground qu'il créait ! Magnifiques petits formats bien provocateurs et frais ! Et une longue lettre manuscrite mi-française mi-anglaise...
Posté par herve le derve à 10:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 octobre 2012

je perroquette, tu perroquettes, nous perroquetons...

     Je me marre en entamant le livre que m'a prêté une collègue, au titre décalé et jouissif, Ce crétin de Stendhal, de Jean-Bernard Pouy ! Incipit :   "Stendhal aurait promené, sur le quai de la petite gare, encore coquette, de Rosporden, dernier arrêt avant Quimper, capitale locale assez pimpante mais, en fait, aussi fragile que sa faïence, il aurait promené, comme le long d'un chemin, son fameux miroir, celui-ci n'aurait réfléchi qu'un peu de poussière, deux vieux papiers ayant échappé d'une corbeille,... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 octobre 2012

phrase bien mal foutue

     Calculons combien de temps je reste rempli d'amour, je suis une vraie passoire à sentiments, des femmes me donnent, je prends, je donne aussi ce que je peux, mais tout ça ne se maintient pas en l'air, ne tient pas la route, se dégonfle, sang et sève laissant place à la bile, je dirais huit heures, huit petites heures gonflé à bloc, intouchable, aérien, et puis la chute, vertigineuse, ponctuelle, désespérante, vis-je encore, erré-je toujours ? - toujours.
Posté par herve le derve à 08:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
16 octobre 2012

vu Despuès de Lucia, beau !

     Un petit tour au cinéma pour changer, Despuès de Lucia, film mexicain de Michel Franco. J'ai lu les critiques contradictoires, j'ai pu les comprendre. Moi-même suis sorti perturbé par le film, mais certain de sa maîtrise et de sa pertinence. A bonne distance du mélodrame, du thriller, du portrait social, il trouve sa place par son originalité, sa force d'expression. Le générique d'entrée comme la dernière scène sont une merveille, plan-séquence lourd de sens, boucle bouclée. Chapeau !
Posté par herve le derve à 15:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]