28 août 2012

"Avant, néant. Après, le vide."

     J'avance dans la petite fable d'Antoine Laurain, oui, Buzzati convient comme comparaison. C'est léger, un peu scolaire comme écriture mais ça fonctionne.      Je lisais ça tout à l'heure : "Comment pouvait-on disparaître aussi facilement de la vie de quelqu'un ? Peut-être avec la même facilité, en définitive, qu'on y entrait. Un hasard, des mots échangés et c'est le début d'une relation. Un hasard, des mots échangés, et c'est la fin de cette même relation. Avant, néant. Après, le vide."... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 10:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 août 2012

desseins de recueils

     Commencé de ranger mes poèmes, comme des évidences de thèmes, à réunir. C'est quand on ne croit pas écrire que parfois la magie des mots opère...
Posté par herve le derve à 09:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 août 2012

attraction du Chapeau de Miterrand, oui oui 2 t 2r 1 d...

     C'est comme la vie la lecture, on croit qu'on lira ce soir tel livre et mystérieusement un autre apparaît dans notre main, un parfaitement inattendu, inconnu, inopportun, intempestif...     Je m'apprêtais donc à continuer de lire Panique à la Scala de Dino Buzzati quand Le Chapeau de Mitterrand d'Antoine Laurain l'a bousculé, piétiné, renversé...     En attendant de retrouver une amie, je m'arrêtais chez un ami d'enfance qui venait de le lire. Deux trois arguments choc : " C'est... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 09:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 août 2012

le yoyo de la vie

     De la douceur de vivre, comme une possibilité d'être à nouveau.      Se projeter, mais pas trop loin, au cas où la vie rejouerait au yoyo, sans ménagement.
Posté par herve le derve à 22:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 août 2012

Vu la raison se perdre dans le temps

     Je dois dire qu'il y a maîtrise, tant au niveau du scénario que du rythme, de l'image, tout, les acteurs... Et pourtant, l'ennui avait le temps que creuser un espace conséquent entre le film et moi.      A perdre la raison de Joachim Lafosse fait son chemin, dans le temps. Il faut s'accrocher à cet étrange objet, avec le temps, comme le vin, il s'ouvrira. ... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 août 2012

de rien

     Il m'arrive encore par réflexe d'attendre des mercis qui ne viennent plus depuis longtemps. Jusqu'à quand ?
Posté par herve le derve à 11:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 août 2012

le dos du monde

c'est sur le dos que je préfère le monde à la renverse les tempes qui tapent le plafond devenu sol et promener mon miroir pour enjamber les seuils imaginaires
Posté par herve le derve à 11:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 août 2012

compagnon du sol

pour écrire dans son cahier elle se penche en avant recroquevillée les mots sortent mieux sûrement elle griffonne ses secrets que seul son chien doit percer compagnon du sol du ciel et du vent
Posté par herve le derve à 14:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 août 2012

la peau de ses cheveux

ses cheveux sont devenus une peau lourdeet sèche une sorte de membre supplémentaire qui tire sa tête en arrière une peau seconde dans laquelle heurtent les rayons de son soleil  
Posté par herve le derve à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 août 2012

Ombra del Sud

     Trouvé aussi sur le marché des nouvelles de Dino Buzzati que je ne connaissais pas : Panique à la Scala (Paura alla Scala), vingt-quatre récits sortis en 1958. Je vais les dévorer avant la rentrée... Esempio :   4. OMBRA DEL SUD Tra le case pencolanti, le balconate a traforo marce di polvere, gli anditi fetidi, le pareti calcinate, gli aliti della sozzura annidata in ogni interstizio, sola in mezzo a una via io vidi a Porto Said una figura strana.
Posté par herve le derve à 14:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]