03 juin 2018

Vrac (être poète) (266)

Être poète, dériver, s’accrocher aux branches et conter les dérives aux égarés en rentrant.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 juin 2018

que vent

     Quelqu'un n'est plus à sa façon dans le lieu    étranger à l'enclos. Non pas qu'il soit mort mais sa parole face au vent n'est que vent. Thierry Metz, Entre l'eau et la feuille.
Posté par herve le derve à 21:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 juin 2018

ce jour, las

     Les maux de tête sont trop forts pour écrire quoique ce soit. A la place, je vais essayer de poursuivre le découpage de ma BD en cours, 51ème planche, même si la tâche se révèle ennuyeuse du fait de mon manque d'idées scénaristiquement valables. La poésie me prend parce qu'elle peut se déployer sur quelques heures, cela peut fonctionner. Mais écrire est au-delà de ces transports passagers, c'est véritablement échafauder d'autres mondes. Comme le dit Thierry Metz, je n'ai que quelques mouvances, je fouille dans... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 21:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 juin 2018

Vrac (être poète) (265)

Être poète, comme lui je me consume.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juin 2018

Vrac (être poète) (264)

Être poète, trois gouttes d’eau, autant d’étoiles.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juin 2018

Le Mal de terre, André de Richaud (1947) (15)

Ulysse en a assez de cette existence. Il donnerait dix ans de sa vie pour la voir cesser ; mais qu'on ne lui parle pas de lui prendre sa femme ! Ça, c'est sacré ! Sur ce point, il n'y a rien à faire. Surtout maintenant qu'il a bu. La Rondasse, c'est sa femme et pas celle d'un autre. Ah ! mais !... Elle crèvera de son mal, si elle veut, mais personne ne la touchera. - Alors ! comme ça, tu crois qu'il n'y a que toi ? Pauvre boufigue, va ! Elle serait peut-être pas comme les autres, la Rondasse !... - Fous-moi la paix ! Je vais... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 16:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 mai 2018

Vrac (être poète) (263)

Être poète, les vergers brûlés que je te regarde fouler l’air ailleurs.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 mai 2018

Vrac (être poète) (262)

Être poète, dans le wagon rose, baiser l’araignée.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 mai 2018

Le Mal de terre, André de Richaud (1947) (14)

     Les choses, à leurs yeux, changeaient de couleur. Les meubles étaient transparents et dégageaient une lueur très douce qui reposait les yeux. Leurs chaises flottaient au gré de l'ombre, et quand la bouteille fut vide, un tintamarre effroyable se faisait entendre dans leurs oreilles. La maison montait en tourbillonnant jusqu'au ciel - on sentait l'air de la vitesse sur son nez - puis retombait brusquement sur la terre et l'on était bousculé comme dans un bateau dans la tempête. Ils parlaient très fort pour... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 20:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 mai 2018

Vrac (être poète) (261)

Être poète, inscrire dans nos vers tout le char de nos étoiles abandonnées.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]