11 juin 2018

Le Mal de terre, André de Richaud (1947) (21)

     Au début, ce n'était qu'une vague idée, comme on en a tant quand on ne parle pas de toute la journée ; quand on reste pendant des heures et des heures enfermé en soi-même. Puis cette idée, parmi toutes les autres idées qu'il avait dans la tête, était devenue lancinante et douloureuse.      "Du moment que la Rondasse est guérie, c'est qu'il l'a touchée. Il a profité de ce que j'étais saoul comme une vache, grâce à cette liqueur de lune. Alors, s'il l'a touchée... malheur !" ... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juin 2018

Vrac (être poète) (273)

Être poète, se repentir au pied de la lettre.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juin 2018

Le Mal de terre, André de Richaud (1947) (20)

     Ulysse, roulé dans la paille, n'arrivait pas à s'endormir pour la sieste. Il entendait, dans la cuisine, le pas de la Rondasse alourdi par la chaleur. Le soleil de trois heures cuisait le mur de la maison, et dans l'ombre du grenier à foin, les mouches bourdonnaient. L'homme avait les yeux grands ouverts dans l'ombre. Des brins de paille lui piquaient la poitrine et une pensée lui piquait l'esprit. C'était toujours quand il s'éveillait, ainsi, que la malheureuse idée lui venait et qu'il pensait à ce voyou de... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 09:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 juin 2018

Vrac (être poète) (272)

Être poète, la voix de la résine.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 juin 2018

Le Mal de terre, André de Richaud (1947) (19)

     L'été revint avec ses pierres brûlantes sur le seuil des portes, ses lézards sur les tuiles et le suc épais coulant des fleurs mortes de chaud. Aux Lointes-Bastides, le travail des champs continuait. Les moissons étaient maigres, car la terre n'était pas riche, mais ces gens étaient habitués à se contenter de peu. Les chèvres, au bord des chemins, broutaient une herbe brûlée. Toute la journée, un soleil de plomb emplissait la combe jusqu'au bord.
Posté par herve le derve à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juin 2018

Vrac (être poète) (271)

Être poète, c’est passer pour un atroce trafiquant de scories et de mâchefer.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 juin 2018

fleurs de peau

     Envoyé à un ami poète qui a agencé mes définitions d'être poète en un recueil qui m'a paru nouveau, bancal et beau... :   " Ah ! je viens de lire ton assemblage des mes être poète ! Cela fonctionne, comme si ce n'était pas moi ; bon signe. Des fois, c'est bien le nom de l'auteur qui m'a inspiré entre parenthèses, on ne sait pas si on doit le dire ou juste le dire dans son cerveau. Ce soir, j'en ai écrit une dizaine, je suis arrivé à 300 ! plus que 65 pour l'année. Ce qu'il faut de solitude pour... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 22:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juin 2018

Le Mal de terre, André de Richaud (1947) (18)

     Dans ce pays, on ne songe pas à aller informer les gendarmes de ses mésaventures. Ils continuèrent à vivre avec les cinq billets en moins. Que serait allé dire aux gendarmes Ulysse ? N'était-il pas le premier coupable ? Et puis, ces caraques, on ne les retrouve jamais ! La loi en a peur...
Posté par herve le derve à 20:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juin 2018

Vrac (être poète) (270)

Être poète, c’est changer une lettre, être oublié à la place d’être publié, par exemple.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juin 2018

Le Mal de terre, André de Richaud (1947) (17)

     Elle porta la main à ses oreilles et n'avait plus ses pendants. Elle se mit à hurler et descendit dans la cuisine. Tout y était démoli et sous la table gisait Ulysse, qui la regarda un instant avec les yeux de quand il avait bu. Elle lui expliqua tout pendant qu'il se relevait péniblement et, comme elle entrait dans la colère, il lui donna une formidable gifle en lui disant d'un air abruti :     - Que vos qu'i faque ? (Qu'est-ce que tu veux que j'y fasse ?)      La femme... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 22:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]