25 mai 2018

point de fin

quelque chose comme un souhait le cancer d'une pensée une fin pas de vanité j'entre dans l'eau sombre ni froide ni chaude et l'immersion me gomme enfin disparu
Posté par herve le derve à 21:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mai 2018

Le Mal de terre, André de Richaud (1947) (10)

     Les deux hommes ne répondirent pas. Ils n'avaient jamais entendu dire autant de mots d'un seul coup.      - Alors ! quoi ? Vous êtes sourds? Vous pouvez rien me donner à manger ? Je peux pas coucher à la paille ?      Le Long se décida enfin. Ulysse ne disait mot. D'un air très embêté, qui parut peu toucher le caraque dont les dents brillaient de faim, il se leva, souleva le rideau de toile de sac qui ferme la porte des fermes pauvres du Comtat, et qui est toujours si... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 21:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 mai 2018

Vrac (être poète) (256)

Être poète, chasser et épingler les mots-papillons.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 mai 2018

Le Mal de terre, André de Richaud (1947) (9)

     C'était un caraque. En Provence, on appelle ainsi les Bohémiens. Jeune, grand, ses yeux paraissent salis par du charbon. Ses cheveux étaient serrés par un foulard rouge sombre, verni de crasse. Une large ceinture rouge ceignait sa taille et retenait un vieux pantalon de coutil, où par des trous, pouvait s'apercevoir le jeu subtil des rotules. Un tricot de matelot laissait voir ses bras et ses épaules dont les muscles longs circulaient avec lenteur. Un accordéon était pendu à son cou par une corde qui miaulait... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 17:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 mai 2018

Vrac (être poète) (255)

Être poète, déchiré par les limiers et les mâtins.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mai 2018

Vrac (être poète) (254)

Être poète, tendre la bourse de l’infortune aux regards noirs.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mai 2018

Vrac (être poète) (253)

Être poète, à la bouche un refrain nouveau.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 mai 2018

Vrac (être poète) (252)

Être poète, vivre et mourir inconnu, comme le précise la note épinglée au ventre de l’araignée dans la mémoire du peintre sortant de son atelier « abstrait » pour ses déambulations quotidiennes.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mai 2018

Vrac (être poète) (251)

Être poète, passer de Steve à Daniel, à Boon, à James, à Jimmy, à moi-même.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mai 2018

Le Mal de terre, André de Richaud (1947) (8)

     Il discutait ce soir-là, assis sur les marches de l'église pleine de pariétaires en touffes vert pâle, avec le Long, ainsi appelé parce qu'il avait près de deux mètres de hauteur. Les genoux du Long lui montaient jusqu'au menton, et pour aider sa méditation, il laissait pendre entre ses cuisses, de sa lèvre violette jusqu'à la pierre usée, un long fil de salive qui brillait dans l'ombre comme s'il avait été d'argent. Ulysse, muet, regardait curieusement ce phénomène. Ils entraient, côte à côte, dans une... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 21:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]