15 mai 2018

Le Mal de terre, André de Richaud (1947) (5)

     Mais celle qui porte en elle tout le mystère du pays, c'est la Rondasse, la femme d'Ulysse. Elle tombe du mal de la terre, comme tous ceux de sa famille, d'ailleurs. Elle est maigre et noire. Ses cheveux sont crépus et ses yeux clairs comme de l'eau de savon, avec une écume rouge au bord des cils. Elle peut rester un mois, deux, sans tomber ; mais une fois qu'elle a commencé, elle ne fait que cela toute la semaine. Pendant ses périodes de crise, les yeux lui sortent de la tête, et elle fait le travail de sa... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 21:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mai 2018

Vrac (être poète) (246)

Être poète, écrire seul, vivre seul, seul en scène et en bière.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mai 2018

cisgenre

     Encore un mot nouveau pour moi, ce qui est bien avec la curiosité c'est qu'on a toujours l'impression de sortir de l'ignorance...      Je wiki-cite : Cisgenre : Le mot cisgenre tire son origine du préfixe cis- dérivé du latin, qui signifie « du même côté » et est l'antonyme du préfixe trans- aussi dérivé du latin.      Encore la même source : Cisgenre : où le genre ressenti d'une personne correspond à son sexe de naissance.
Posté par herve le derve à 19:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mai 2018

Le Mal de terre, André de Richaud (1947) (4)

     C'était un soir d'avril. Malgré tout, la douceur de vivre arrivait jusqu'à ce village maudit. Quelques fleurs poussaient gaillardement entre les pavés et, sur les champs en pente, les amandiers dévalaient comme des tas de neige rose. Tout autour du pays les monts faisaient un cercle bleu et, aux reflets qui se croisaient dans le ciel, on pouvait deviner que le soleil couchant se posait, quelque part dans le monde, sur des toits roses, sur les joues claires d'une fille, sur quantité de choses heureuses et... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 14:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mai 2018

Vrac (être poète) (245)

Être poète, trois souvenirs : les blockhaus, les bigorneaux et les sourires des voisines.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mai 2018

Le Mal de terre, André de Richaud (1947) (3)

     Leur âme est ouverte au mystère, comme les fenêtres de leurs maisons ruinées au vent du ciel. Rien ne les atteint. Quelquefois on aperçoit dans les rues des uniformes de gendarmes. C'est à cause du service militaire de quelqu'un. Puis le pays reprend pour de longs jours son calme. Les quelques champs qui sont autour de leurs maisons les font vivre. Un étonnant alambic, couvert de vert-de-gris, leur donne, après une alchimie grossière, l'alcool dont ils s'enivrent. Le Ventoux permet à ses sangliers et à ses... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 21:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mai 2018

Vrac (être poète) (244)

Être poète, rue Vulpian, à ne rien reconnaître.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mai 2018

Le Mal de terre, André de Richaud (1947) (2)

     Le hameau des Lointes-Bastides est un tas de petites maisons branlantes, au fond d'une gorge du Ventoux. Bien que les villages de Bedoin et de Sainte-Colombe ne soient pas très éloignés des Bastides, les gens de ces pays ne les connaissent pas. Les chemins qui y mènent sont tortueux et pleins d'herbes folles. Des pins et des chênes, poussés n'importe comment, en défendent l'accès, et ce n'est que par hasard qu'à travers les branches jamais coupées le voyageur peut apercevoir les maisons qui, épaule contre... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 22:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 mai 2018

Vrac (être poète) (243)

Être poète, improportionnel à la taille des regrets.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 mai 2018

Vrac (être poète) (242)

Etre poète, dans le fatras des nuits, ma main sur ton ventre tendu vers nous.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]