15 janvier 2018

Vrac (être poète) (127)

Être poète, la feuille et le vent unis.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 janvier 2018

Vrac (être poète) (126)

Être poète, la vitre entre nous tendue.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 janvier 2018

rien que pour l'expo Cosey !

Si tout va bien, j'y monte !  
Posté par herve le derve à 13:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 janvier 2018

Vrac (être poète) (125)

Être poète, c’est le silence entre chaque songe.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 janvier 2018

Vrac (être poète) (124)

Être poète, c’est écrire Butte-aux-Cailles comme Sankukaï.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 janvier 2018

La Douleur au cinéma : une gageure réussie !

     Je sors du film La douleur d'après Duras et de la rencontre autour du film de son réalisateur Emmanuel Finkiel.      Je souffle, j'avais si peur des images projetées. Fin, bien mené, lourdeur de toute la douleur et de l'attente rendues, écueils, mille écueils évités, une sensibilité tendue, et les acteurs, mêlés à cette boue impossible...      Le réalisateur était touché, touchant, très attentionné, voulant répondre à chaque question du public, un plaisir... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 00:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 janvier 2018

Vrac (être poète) (123)

Être poète, c’est le dernier souffle rejoué dans le vide.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 janvier 2018

Vrac (être poète) (122)

Être poète, tout près tout près des amours de loin.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 janvier 2018

Vrac (être poète) (121)

Être poète, c’est voir les couleurs des syllabes.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 janvier 2018

Notes prises à la radio ce soir

     "L'écriture aujourd'hui, puisque je suis un être d'écriture, sinon un écrivain, l'écriture est une dépense que Georges Bataille appelait une dépense inconditionnelle, c'est-à-dire une dépense pour rien si vous voulez, et que c'est une sorte d'activité perverse qui effectivement en un sens ne sert à rien, ne peut pas être comptabilisée, voyez-vous, qui excède toujours les services qu'on peut lui demander. Sans doute l'écriture fait partie d'un échange social, quand on écrit on publie des livres, ça fait partie... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 20:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]