24 septembre 2011

ni de poèmes

sur la corde lâche les creux me traînent même les mots ne sortent plus pas d'horizon ni de poèmes  
Posté par herve le derve à 14:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 septembre 2011

international

     J'aime beaucoup que les cent derniers visiteurs ne soient pas qu'originaires de France. Ce matin, seules quatre-vingt-deux visites sont de France, six de Suisse, cinq de Belgique, quatre des Etats-Unis et trois du Canada. Encore !
Posté par herve le derve à 09:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 septembre 2011

origine de la perte

     La littérature survient toujours comme une libératrice, alors qu'elle est l'origine de la perte, bien maquillée.
Posté par herve le derve à 09:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 septembre 2011

verrue de parenthèse

     "Pourquoi parler d'enfance quand je sais que c'est là qu'est l'abîme qui me retient (l'abîme où je me tiens?)." Arnaud Rykner, Je ne viendrai pas, 2000, éditions du Rouergue.      Je suis circonspect, j'ignore ce que me fait cette parenthèse dans sa phrase. Elle me titille, m'agace, je la cache de ma main, je la couvre voir si la phrase sans elle tient, et elle semble bien tenir. J'enlève ma main, je la lis à nouveau, ainsi que toute la phrase, ça m'énerve mais ça me va, elle est belle... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 septembre 2011

malédiction

     Ce n'est pas par une maladive fierté que mes héros sont maudits : André de Richaud, Arthur Rimbaud, Tristan Corbière, Charles Baudelaire, Charles Cros, Jules Laforgue... juste le désir de trouver une famille si bancale soit-elle.      Je n'ai pas cité Paul Verlaine, il m'agace, même si j'aime nombre de ses poèmes.      Lire l'étude en ligne de Pascal Brissette, complète et intéressante sur cette malédiction.
Posté par herve le derve à 08:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 septembre 2011

L'étrange visiteur (Richaud) [Petit carnet de lecture]

"     Après, que se passerait-il ? Il avait tellement pris l'habitude de se poser cette question qu'elle ne lui faisait plus peur.      Elle s'était émoussée comme une lame de rasoir qui ne pourrait même plus crever sa chair mal nourrie, blanche et pas très propre." L'étrange visiteur d'André de Richaud, 1956. ... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 septembre 2011

le chant de la vie à venir

     Couché à vingt-deux heures, gros sommeil jusqu'à six heures. Quand les yeux s'ouvrent, mes premières pensées ne sont plus pour ce que j'ai perdu, ne sont plus mes plaintes, mais elles me questionnent sur la journée à venir, sur l'occupation, le remplissage de mes heures. C'est déjà mieux que le mois dernier. Mon être commence à rassembler les attentes et les pertes de repères de mon corps et de mon esprit. Bientôt la reconstruction pour moi et l'indifférence envers elle. Nous sommes seuls, toujours, ce n'est... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 septembre 2011

nuit de plus

     La nuit s'annonce. Une de plus. Je retrouve une solitude oubliée depuis si longtemps. Le corps a toujours été pesant pour moi, encombrant. Je mesure à nouveau toute cette pesanteur, cet ennui. Je serai bientôt apte à en faire un rapport poétique et inutile.
Posté par herve le derve à 21:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 septembre 2011

rien des ressources

     J'entre dans la cuisine et devant le rien des ressources, j'invite les enfants au restaurant, n'importe quoi !
Posté par herve le derve à 18:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 septembre 2011

ubiquité

     Soirée calme, absolument, les enfants, les histoires pour dormir, rien d'autre, pas de sortie, pas de travail, se laisser bercer par le sommeil envahissant.      Demain, mission impossible, deux rendez-vous pour les enfants en même temps, c'est pour ça que je dois me reposer, j'ai toujours un mal fou à me remettre des séances d'ubiquité.
Posté par herve le derve à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]