13 septembre 2011

volutes

volutes de mots ravalés aspirés avant le souffle court
Posté par herve le derve à 19:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 septembre 2011

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARGRGRGRHRGHRGHRGH

     On se demande autour de moi qu'est-ce qui me pousse à rédiger ces courts textes, aphorismes absurdes et inutiles, haïkus déviés, mais c'est pourtant simple, je trouve ça un tout petit peu mieux que les AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARGRGRGRHRGHRGHRGH que je me retiens d'exprimer.
Posté par herve le derve à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 septembre 2011

ceci n'est pas un aphorisme

     J'aime à présent, du haut de mon creux, regarder les gens bourrer leur vie comme une pipe, feignant d'ignorer que tout peut partir en fumée le temps de la bourrer à nouveau.
Posté par herve le derve à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 septembre 2011

Recueil de poèmes : N'aimer que si (janvier 1993 à mai 1994)(73)

TROISIEME SECTION : SOUVENIR D'UN RÊVE ENTRE BANDOL ET CASSIS (février à mai 1994) Poème 10 et dernier de la section et du recueil (73ème du recueil) : (sans titre)   je n'ai pas entendu les couleurs de la nuit ni de l'encre renversée par tes amoureuses mains les jours étaient si simples finalement en se balançant sur les marées absentes du Sud   je devins fou à te brosser le dos soûlé de désirs serrés et flagrants sous le jet   les songes demeuraient souterrains quand tes doigts fleuraient bon le... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 septembre 2011

enjambements vides

     Toute la nuit hachurée, comme des traits et des bandes blanches sur une route infinie. Tourner, virer, fermer les fenêtres, les rouvrir... J'avais en tête les mots enjambement, rejet et contre-rejet, mais sans  les phrases, la poésie sans vocables, juste une idée de la technique creuse. Maux de tête toujours. Je voudrais dormir sans médicaments. Autour de moi, des voix s'élèvent, proposent des plantes, du paracétamol, des visites chez le psy, du café noir... J'attends juste de voir si mon corps résiste... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 06:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 septembre 2011

le retour de la force, bientôt...

     Les maux de tête m'empêchent toute démarche suivie. Il me faut dormir pour tenir ma longue journée de travail, sept heures avec des classes ! Je voulais écrire, plus que deux lignes, exprimer des sentiments profonds, vous toucher... Mais non, ce n'est toujours pas l'heure. La force reviendra.
Posté par herve le derve à 22:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 septembre 2011

ça déménage

     Bon bon je tatonne, ce bleu, c'est pas jojo... Je pense même à changer mon nom de blog. On déménage !
Posté par herve le derve à 12:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
12 septembre 2011

soyons maudits

                                 Un scan de couverture, ça faisait longtemps. L'arbre à lettres d'Olivier Larronde, publié en 1966 par L'Arbalète, un cadeau de mon ancienne amour. Très beau livre, poèmes fous, on retrouve une fougue à la Rimbaud ou à la Corbière.   ART POUR ART   Que foutre que foutre que foutre Nonobstant le reste à tout faire Mon silence y serve de... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 09:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 septembre 2011

Recueil de poèmes : N'aimer que si (janvier 1993 à mai 1994)(72)

TROISIEME SECTION : SOUVENIR D'UN RÊVE ENTRE BANDOL ET CASSIS (février à mai 1994) Poème 9 (72ème du recueil) : (sans titre)   sur notre table de nuit "Ses petits pieds si fins, si fins" surgissent et guident ma main vers ta poitrine qui luit   on m'a parlé de l'ennui il ne peut être entre tes reins sur notre table de nuits "Ses petits pieds si fins, si fins"   ton silence a longtemps nui à mon sexe sourd  voir demain perdre l'utérus  l'oeil malin darder l'envie que je suis sur notre... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 septembre 2011

en silence

     Les maux de tête viennent de loin, de la plante des pieds, ils grimpent par la colonne pour anesthésier la machoire puis les tempes. Un vrai reptile, tout ça en silence, dans le noir.
Posté par herve le derve à 08:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]