17 novembre 2018

pioche en poésie tchèque (14 : Jiří Šotola)

Trois poèmes sur papier à lettres (extrait)   Viens, nous allons parier sur l'impossible. Ouvre le robinet, nous attendrons : de voir émerger un petit poisson orange. Et il va émerger. Après de longues nuits, si tu sais fixer attentivement le ciel de sombre bois verni, tout à coup, regarde, au-dessus d'un toit là-bas, une lampe à huile monte, blanche (les dessins fondent sur le verre laiteux, profils de femmes, ailes) et disparaît.   Jiří Šotola, L'étoile Ygrec, 1962
Posté par herve le derve à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 novembre 2018

pioche en poésie tchèque (13 : Miroslav Holub)

Le dernier bus nocturne   Le bruit du dernier bus s'éteint au fond du canal rachidien de la nuit.   Les étoiles tremblent, à moins d'exploser.   Il n'y a pas d'autre civilisation. Il n'est qu'une tendre peur galactique à base de méthane.   Miroslav Holub, Interféron, 1986
Posté par herve le derve à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 novembre 2018

pioche en poésie tchèque (12 : Vratislav Effenberger)

L'échelle   Quand il fait nuit et que les toits sont brûlants nous sommes alors vieux plus vieux que les tonneaux remplis de chaux qui se sont précipités pour accueillir la lune froide cependant la sagesse dont ils renferment le secret se dresse contre le ciel vide comme la fin de la journée   Vratislav Effenberger, La Grande Place de la Liberté, 1957
Posté par herve le derve à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 novembre 2018

pioche en poésie tchèque (11 : Zbyněk Havlíček)

Biochimie du mot   2   Chaque époque exige ses clowns et ses poètes Sa dose d'hydrates de carbone et de prières Années-lumière chaire d'église pour ses médaillés J'ai rencontré le ministre des Affaires étrangères je lui ai demandé quand on aurait la guerre Il m'a dit : après-demain Dans chaque fenêtre ricanait ma vieille naine des pissotières Sur un trottoir seulement une statue était assise Belle et nue l'unique statue pour cette nuit-là Nuit où les nuages diffusaient des ordres anti-suicide Fauteuil...... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 novembre 2018

pioche en poésie tchèque (10 : Jan Skácel)

Le pont   Le fleuve est tout près viens voir L'eau passer entre les pylônes Le fil à plomb descendu droit vers la surface Nous nous souviendrons des morts   Sans crainte plus patients que les pêcheurs Des coudes nous prendrons appui Sur le granit du parapet J'ignore tes morts et tu ignores les miens   S'arrêter sur le pont est comme un bienfait Une douleur aiguë ainsi qu'un trait noir Fend la poitrine D'en haut soudain nous regardons les nuages   Jan Skácel, Le Millet ancien, 1981
Posté par herve le derve à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 novembre 2018

pioche en poésie tchèque (9 : František Listopad)

Lis inexactement   L'été part il n'y a rien à écrire des étangs se rempliront quand les pêches seront mûres  Partir je ne sais où peut-être chez vous les enfants grandis continuent seuls à jouer et l'odeur d'un tonneau de goudron monte du poème de Trakl   Ô beauté du fragment éternité du moment   František Listopad, Krleš, 1998
Posté par herve le derve à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 novembre 2018

pioche en poésie tchèque (8 : Emil Julis)

Pour un travail de nuit   - Tu veux déjà partir ? Tu as le temps. - Oui... je sais... Mais tu me connais.   Je n'ai pas dit que je devais courir pour passer sous les nuages du soir, les yeux révulsés en même temps vers le haut, se frayer un passage à travers le vent fétide et pourchasser les papiers qui volettent alentour - corbeaux, chiens et chats, années perdues, je ne les rattraperai jamais.   La vie n'est que ce qu'elle est. Je dois rire, donc je ris (en me forçant un peu). Un réverbère éclaire sans... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 novembre 2018

poèmes courts à deux (20)

20 mot 20 : occulter   sur le rivage la vague inlassablement nourrit la laisse   des traces en pointillés marcher sans rien occulter   *   souvenir du vent de tes cheveux dans ma bouche puis tout occulter
Posté par herve le derve à 13:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 novembre 2018

poèmes courts à deux (19)

19 mot 19 : mémoire   tendresse d'automne sur la plus haute branche le chant de l'oiseau   dépouillé l'arbre garde mémoire de sa silhouette   *   devant la fenêtre tourbillonnent les années un clin de mémoire    
Posté par herve le derve à 13:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 novembre 2018

pioche en poésie tchèque (7 : Ludvík Kundera)

Même les étoiles dit-on embaument alors les soirs...   L'impression que quelqu'une respire quelque part comme en prolongement de ton propre souffle te rappelle une scène de Provence où tu n'as jamais été :   Par meules entières les paysans y brûlent à l'automne du serpolet et du romarin   La fumée rampe au sol rentre dans les trous mais parfois tout à coup elle semble s'élever tout droit te rappelant que quelqu'un respire quelque part comme en prolongement de ton propre souffle   Ludvík... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 20:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]