29 août 2011

Recueil de poèmes : N'aimer que si (janvier 1993 à mai 1994) (58)

DEUXIEME SECTION : L'ABAT-JOUR (mars à juin 1993) Poème 11 (58ème du recueil) :  (sans titre)     les chrysalides traînent sur le plancher les papillons noirs virevoltent dans son regard l'abat-jour aveuglant et brûlant comme un soleil sirupeux les étoiles s'étiolent encore au fil du temps les mots retombent un par un de l'oblique rayon désenchanté litanies "sauts de joie desséchés" comme un refrain comme un refrain
Posté par herve le derve à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 août 2011

A toutes vitesses : accéléré et ralenti (Poirier) [Petit carnet de lecture]

     J'avais emprunté un drôle de dvd le 4 mars 2009 : A toutes vitesses : accéléré et ralenti de Henri-Louis Poirier, réalisé en 2001. De belles images qui ont surpris mes élèves de troisième et subjugué ceux de sixième. Le grattage d'allumettes est très beau, comme Décomposition d'un rat. J'ai toujours eu un faible pour les chutes de gouttes d'eau également...      Si vous n'avez pas compris de quoi je parle, rendez-vous sur le site cerimes.fr, il y a même de larges extraits, vous y verrez... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 août 2011

une virgule bloquée

     Mettre à plat son ancienne vie pour dérouler la nouvelle, même si l'on n'en voulait pas. Mon ancienne compagne s'éloigne, elle n'est déjà plus qu'un point à l'horizon, et moi, je suis quoi ? Une virgule bloquée quelque part.      Je vais essayer de parler d'autre chose sur ce blog, on verra si j'y parviens...  
Posté par herve le derve à 08:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 août 2011

生きる, Ikiru (vivre)

     Vivre, comme le titre du film d'Akira Kurosawa ! Quelle oeuvre ! La fin est époustouflante, vraiment ! Courez le voir, comme je vais essayer de courir après ma vie et mon nouvel équilibre.                               photo extrait du film, l'acteur principal est Takashi Shimura, empruntée du site il était une fois le cinéma
Posté par herve le derve à 23:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 août 2011

un peu moins connard

     J'ai été sordide hier dans l'un de mes messages, j'affichais la vie de l'autre sans la ménager. Effaçons cette erreur et retrouvons de la distance, de l'intelligence, qu'en pensez-vous ?      Je disais ma souffrance à l'imaginer avec un autre passant par chez moi, mais je l'ai mal dit, avec rancoeur et bêtise.      Pour la première fois, je vais modifier un message du passé, couper dans le lard, pour être moins connard.
Posté par herve le derve à 20:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 août 2011

rentrés où ?

     Finies les vacances, rentrés dans un de nos chez nous, pour l'instant. Tout est en suspens, la vie émotive et matérielle.      Il m'arrive de trouver un souffle, puis deux, mais des fois non, pure apnée pendant des heures.
Posté par herve le derve à 20:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 août 2011

glou

- Glou ? - Non rien, il y a du monde qui pourrait traduire.
Posté par herve le derve à 20:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 août 2011

célibat et javel : avenir aseptisé

     J'ai nagé mon grand kilomètre dans le lac de Maubuisson, avant de reprendre la saison d'entraînement en piscine, ce sera tellement moins bien !      Célibat forcé, rentrée scolaire et javel, pouah, le dindon burlesque, il n'aime pas ça !
Posté par herve le derve à 13:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 août 2011

Recueil de poèmes : N'aimer que si (janvier 1993 à mai 1994) (57)

DEUXIEME SECTION : L'ABAT-JOUR (mars à juin 1993) Poème 10 (57ème du recueil) :           leur voler dans les plumes     les maries-salopes papotent dans les lupanars imaginaires des lectures l'univers larmoyant est si limpide le long des heures la solitude pendouille l'envie gigote   leur voler dans les plumes les grains de beauté des roulures dans l'âme les taches de rousseur l'entourloupent les souillons magnifiques des rêves rêvent il a violé la... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 août 2011

parler d'amour... sans amertume matinal

"Comment oses-tu me parler d'amour toi hein Toi qui n'as pas connu Lola Rastaquouère"      Merci Serge de participer, de me soutenir, je savais que je pouvais compter sur toi ! "Je lui faisais le plein comme au Latécoère Qui décolle en vibrant vers les cieux africains"      Vraiment merci Serge, tu peux t'arrêter là, tes deux premiers vers étaient très beaux, tu n'es pas obligé de verser dans le vulgaire, déjà que le connard est sauvage par ici, ce n'est pas la peine d'enfler sa vanité... ... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 07:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]