17 septembre 2017

Vrac (être poète) (7)

Être poète, c’est retrouver sa femme disparue, la laisser nous transpercer à nouveau, dans un souffle court, haleter.  
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 septembre 2017

Vrac (être poète) (6)

Être poète, c’est jouer à qui perd gagne aux échecs.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 septembre 2017

Vrac (être poète) (5)

Être poète, c’est prétendre se souvenir de ses rêves et les inventer au réveil aux pauvres oreilles alentour.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 septembre 2017

Vrac (être poète) (4)

Être poète, c’est tomber amoureux des mots barbares : hypotypose, paronomase, glossolalie et toute la clique.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 septembre 2017

Vrac (être poète) (3)

Être poète, c'est rester face aux problèmes, impuissant, monter le long du mur, juste sous le plafond, et se voir face à eux, en bas toujours.  
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 septembre 2017

Vrac (être poète) (2)

Être poète, c’est rester assis dans sa fenêtre à regarder la lune couler entre les fils électriques.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 septembre 2017

Vrac (être poète) (1)

Être poète, c'est verser l'eau avant le lait pour cuisiner la purée en sachet (pour voir les nuages naître, croître et disparaître).  
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
11 septembre 2017

rire froid

     Revu pour la énième fois hier soir Le grand soir de Benoît Delépine et Gustave Kervern ; frappé par le rire froid qui monte, la force des acteurs, les miroirs fous de la société !
Posté par herve le derve à 18:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 septembre 2017

en avant

     Frontal, pas assez de caractérisation des personnages, ça tue à plein nez, n'empêche, on a marché ma fille et moi au stress de Seven sisters de Tommy Wirkola ce matin...
Posté par herve le derve à 18:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 septembre 2017

Кроткая

     J'étais au coeur du cauchemar, attaché, les yeux écarquillés, avec l'envie de fuir, de fermer les yeux, les oreilles et le coeur, et je suis resté, coeur gelé, immobile, attendant la fin, la potence de cette femme et la mienne, c'était comme si Kafka était là, un Kafka surmultiplié, un Kusturica sans humour, un Kundera loin de la France, un Pawlikowski moins humain, un Hrabal sans poésie, je glissais avec elle dans l'infini, on y allait tout droit dans nos brumes, c'était foutu, le carnaval des têtes nous... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 20:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]