07 septembre 2011

plug side records

     Je rencontre un type l'autre jour en attendant mes enfants qui pianotent, avec un petit et très joli chien. Et là, je le reconnais, c'est un ancien collègue, un travailleur de mes années étudiantes, engagé à tout faire pour une misère, comme moi, comme nous tous. Nous parlons et il m'apprend qu'il a monté sa boîte, dans les disques vinyl, c'est beau non ? Allez-y faire un tour, c'est un ami, un passionné : Plug Side Records.
Posté par herve le derve à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 septembre 2011

Premières cartouches (Rabaté) [Petit carnet de lecture]

     Cet éternel dimanche 8 mars 2009, j'ai lu Premières cartouches de Pascal Rabaté, édité en intégrale par Vents d'Ouest en 1999. Très bien, dense, documentaire dans l'approche sociologique, décalé, vrai, aussi fort que Baru et Dumontheuil réunis. Beaux portraits, justes et (im)pitoyables. Toujours aussi bon comme auteur. A LIRE
Posté par herve le derve à 18:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 septembre 2011

Figures libres (Courgeon) [Petit carnet de lecture]

     Lu également ce même dimanche 8 mars 2009 Figures libres de Rémi Courgeon, édité par Thierry Magnier, en mai 2006.      Très beau livre pour enfants, malin, rapide, bien dessiné, un plaisir pour mes filles, toujours aussi décalées.      Voir notamment la figure 7 de son livre : "la Joconde automatique", ou la 8 :"le phare à paupières"... Allez voir son blog, c'est un vrai artiste peintre !
Posté par herve le derve à 18:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 septembre 2011

La Douce (Dostoïevski) [Petit carnet de lecture]

     Le dimanche 8 mars 2009, je lisais La Douce de Fiodor Dostoïevski. Quelle maîtrise ! Dissection de l'homme, sensible, forte, imprévisible, mystérieuse. Un transport. A LIRE
Posté par herve le derve à 17:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 septembre 2011

les pièces insensées

     Le plus dur c'est le vide. Nous avions rempli toutes les minutes de notre existence et maintenant je dois faire face au vide, à la vacance. Impossible de l'avaler rapidement. N'être plus considéré, assurer tout le quotidien sans amour, autant d'impasses actuelles. Le moteur c'était nous. La machine ne peut tourner sans ce moteur. Restent les pièces, insensées, de la machine.
Posté par herve le derve à 17:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 septembre 2011

Amères saisons (Schréder) [Petit carnet de lecture]

     Le 5 mars 2009, j'ai lu Amères saisons d'Etienne Schréder, publié chez Casterman, collection Ecritures, en 2008. Bien, mais ce témoignage en-dehors de ce qu'il nous montre d'intéressant et de pénible, n'échappe pas au témoignage et à ce qu'on réagit face à lui en trimballant notre pitié et notre gêne. Mais je ne suis pas comme Christine Angot, je refuse les schémas trop simples : témoignages = pas littéraires = pitié... même si c'est exactement ce que je viens d'écrire...       Des... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 17:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 septembre 2011

trirème

     J'aurais pu croire au vrombissement de l'ordinateur, jamais je n'aurais pu concevoir que ce fût la trirème de mon anéantissement qui grinçait dans mon crâne en miettes.  
Posté par herve le derve à 16:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
07 septembre 2011

boule

     J'attends de savoir ce qui se trouve sous l'effarement. Serait-ce l'égarement ? Quand on me demande si ça va, les vannes s'ouvrent, alors je fais tout pour ne pas croiser le regard de l'interlocuteur ou de l'interlocutrice. J'ai l'air fin avec ma boule que je n'arrive pas à déglutir.
Posté par herve le derve à 15:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 septembre 2011

souffrance toilée

     C'est sur la toile de ma souffrance que j'écris, comme on tape sur la peau tendue du tambour.
Posté par herve le derve à 15:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 septembre 2011

Recueil de poèmes : N'aimer que si (janvier 1993 à mai 1994)(67)

TROISIEME SECTION : SOUVENIR D'UN RÊVE ENTRE BANDOL ET CASSIS (février à mai 1994) Poème 4 (67ème du recueil) : (sans titre)   à ton bras j'en oubliais les vers renversants le "comment agir, ô coeur volé ?" de Rimbaud fatiguait d'attendre péniblement nos maux - nuits folles loin des vers et des revers luisants   riant je te suivais qui marchais sur tes mains de crique en crique et de grève en grève    Cassis la nuit nous jetait des regards jusqu'aux lacis de ses rues noires - j'aimais à l'envers... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]