14 août 2017

en préparant le banquet (5)

pas question d'amour mais si l'amour est rythme si l'amour est chant balades dans les dunes soupirs mêlés paupières closes ventre ouvert alors oui peut-être est-il question d'amour
Posté par herve le derve à 21:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

14 août 2017

en préparant le banquet (4)

tu m'as tout donné quand je n'étais plus rien ta lumière et tes nuits maintenant que le firmament s'est reformé je te garde au coeur étoile de mer et de ciel ma constellation d'espoir
Posté par herve le derve à 21:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 août 2017

en préparant le banquet (3)

et nous avons marché marché... mais jamais nos mots ne s'épuisaient et à l'heureuse surprise d'un silence nous nous buvions comme à l'oasis
Posté par herve le derve à 21:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 août 2017

en préparant le banquet (2)

on inventait des noms de poètes grecs et on riait (rires) on faisait des photos idiotes on devenait même des vedettes de calendrier littéraire ! des rires au kilomètre et de la connerie en tube quelle libération !
Posté par herve le derve à 21:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 août 2017

en préparant le banquet (1)

tu m'as rappelé que les poètes vivaient encore qu'ils bruissaient toujours à nos oreilles et que les cliquetis de leurs mots pouvaient être jouvence jouvence et jouissance
Posté par herve le derve à 21:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 août 2017

après le banquet (3 : pas les yeux)

je ne te regardais pas les yeux quand je lisais "tu m'as tout donné" ou encore "je te garde au coeur" pour pouvoir continuer à lire sans accroc sans boule en gorge ma constellation d'espoir
Posté par herve le derve à 21:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

14 août 2017

après le banquet (2 : Filippo Tommaso)

si j'avais continué à boire du vin aucun mot n'aurait été lu ni entendu juste mangé engorgé et la victoire des voitures aurait été totale écrasante Marinetti aurait joui
Posté par herve le derve à 21:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 août 2017

après le banquet (1 : petit poème de circonstance)

la gêne monte au fur et à mesure des miaulements intempestifs du taille-crayon trouduculier   (aiguisant un crayon)
Posté par herve le derve à 21:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
09 août 2017

aussi vains...

     Hier soir, au hasard d'un film, Colonia de Florian Gallenberger, où il était question de fuite quand moi je sortais à peine de mon écriture sur la fuite de mes deux personnages principaux en adaptant mon roman, j'avais la même sensation de comprendre comment le film était écrit, ses lourdeurs, ses défauts, et exactement comme après la lecture d'un roman de Bret Easton Ellis, Suite(s) impériale(s), j'eus la deuxième sensation, la même, comprenant du même coup que ce que j'écrivais ne valait guère plus que... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 19:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 août 2017

le refus ordinaire

     Mon dessinateur préféré m'a renvoyé mon tapuscrit de l'adaptation que j'avais fait, sans un mot, rien, j'ai cherché partout, rien ! Dur ! Bon, je l'aime toujours ! En plus, c'est le seul pour qui j'avais oublié de mettre des timbres pour me le renvoyer, il a dépensé trois timbres !      Ce qui est bien avec le rêve, c'est qu'il continue toujours...
Posté par herve le derve à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]