04 novembre 2018

style dégingandé

     Je lisais ça dans la voiture, à l'arrêt, deux fois, à lire et à ne plus avancer, et je me disais, voilà, ce débonnaire, il a un style dégingandé (Brautigan) !  
Posté par herve le derve à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 novembre 2018

curiosité

J'étais au restaurant avec mon fils, et les dessous de table étaient un montage de vieilles publicités, que je pense réelles...
Posté par herve le derve à 17:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 novembre 2018

Jeune Poésie 1988-1991 : 5 Amour et mouvement alternatif (4)

Matinales lassitudes   Je m’avançais à petits pas, perdu dans ce jour Qui m’aveuglait, qui me piquait les roses joues Encore endormies sur mon oreiller ; en joug, Les rayons du soleil tuaient ma nuit d’amour.   Hagard, je marchais au hasard de ces ruelles Inondées de lumière et de propos frivoles D’inconnus ; soudain, mes pieds quittèrent le sol, Je volai, je volai vers ma nuit et vers elle.   Je me posai sur un nuage, souple et blanc, Et elle était là, sous un nuage de draps, Nue, aimante et... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 octobre 2018

et vu et lu... octobre (2)

plein de belles choses depuis mi-octobre : quand je mets un seul h : très bof, un H pas terrible, 2 HH bien, 3 HHH super, 4 HHHH extra ! Blast, tomes 1, 2 et 3, BD de Larcenet : HHHH Adieu au langage, film de Godard : H Entretien avec Jean-Luc Godard, film de Sean Miller (entretien) : HH Souveir d'Utopie, film de Miéville : H Team, saison 2 : série d'Arte : HH Crime et châtiment, roman de Dostoïevski : HHH Le Roi se meurt : pièce de théâtre de Ionesco par la troupe Les Vagabonds au Théâtre du Pavé : HHH Inflexion : poèmes de... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 11:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 octobre 2018

Jeune Poésie 1988-1991 : 5 Amour et mouvement alternatif (3)

Amours, songes, beautés solaires   Ma mer rouge se retire en bas du bleu vaste, S’évapore et s’étire, chancelle et vacille De tout son cercle frémissant ; ma joie, ma fille Que j’épouse chaque jour s’endort avec faste.   Dans le ciel enduit du rose de son sommeil Se baladent mes amours heureuses, mes songes Et tous deux s’embrassent, batifolent, allongent Leurs pures splendeurs enfouies dans le feu soleil.   Ils dansent dans la lumière du tombant soir, Rose et bleue, dégradée par l’éclair des couleurs,... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 octobre 2018

Jeune Poésie 1988-1991 : 5 Amour et mouvement alternatif (2)

Mille excuses   Ma vieille était vraiment très belle, Le sourire pur sur ses lèvres, Elle fixait ce bébé, elle L’aimait déjà avec fièvre.   Son visage à nouveau dans rides Resplendissait de sa fraîcheur De jeune baigneuse si vide De haine et pleine de ferveur.   Sa canne en bois n’existait plus, Sa branche n’avait plus d’usage, Oui, je vous le dis, je l’ai vu Voler vers la fleur de son âge.   Son visage a repris vie, S’allumèrent intensément Ses yeux vastes d’azur remplis, Et je vis tous ses... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 octobre 2018

Freud by Dali

     L'exposition sur Freud à Paris a l'air passionnant ! J'apprends à la radio ce soir que Dali a rencontré et peint Freud... Trois portraits, en voici un qui serait de lui de lui...  
Posté par herve le derve à 22:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 octobre 2018

Jeune Poésie 1988-1991 : 5 Amour et mouvement alternatif (1)

4   Quatre Cinq Six Deux Trois Quatre Je t’aime Pas autant que six Mais c’est déjà pas si mal Non ?
Posté par herve le derve à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 octobre 2018

poèmes courts à deux (16)

16 mot 16 : rocher   frêle sillage le sable garde trace des écarts du pas   la vie oblige au détour met rochers sur la route   *   un bel échassier se pose sur un rocher rivière fuyante      
Posté par herve le derve à 21:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 octobre 2018

poèmes courts à deux (15)

15 mot 15 : nombre citrouilles en nombre invitent à la caresse rondeur orangée   gravée en nous la mémoire de la tendresse d'une geste * l'attraction des nombres comme un refuge à l'angoisse une nuit sans rêve
Posté par herve le derve à 20:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]