27 juin 2017

L'Homme qui plantait les arbres, Giono (15)

     Mais la transformation s’opérait si lentement qu’elle entrait dans l’habitude sans provoquer d’étonnement. Les chasseurs qui montaient dans les solitudes à la poursuite des lièvres ou des sangliers avaient bien constaté le foisonnement des petits arbres mais ils l’avaient mis sur le compte des malices naturelles de la terre. C’est pourquoi personne ne touchait à l’œuvre de cet homme. Si on l’avait soupçonné, on l’aurait contrarié. Il était insoupçonnable. Qui aurait pu imaginer, dans les villages et dans les... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 juin 2017

L'Homme qui plantait les arbres, Giono (14)

     Il avait suivi son idée, et les hêtres qui m’arrivaient aux épaules, répandus à perte de vue, en témoignaient. Les chênes étaient drus et avaient dépassé l’âge où ils étaient à la merci des rongeurs ; quant aux desseins de la Providence elle-même, pour détruire l’œuvre créée, il lui faudrait avoir désormais recours aux cyclones. Il me montra d’admirables bosquets de bouleaux qui dataient de cinq ans, c’est-à-dire de 1915, de l’époque où je combattais à Verdun. Il leur avait fait occuper tous les fonds où... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juin 2017

à combler

     Et hop! 26 pages ! Combien en faut-il pour remplir le vide ?
Posté par herve le derve à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juin 2017

40 jours 25 planches

     Vingt-cinquième planche découpée de mon adaptation en quarante jours, bien content ! Allez, plus que cent dix ou vingt !
Posté par herve le derve à 16:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juin 2017

roman pieuvre

     Un nouveau roman fait jour dans mon crâne, folie pure, une sorte de pieuvre insaisissable, si j'arrive à la suivre, de l'écho il pourrait y avoir... Je laisse les idées prendre place, je finis mon adaptation et après je commencerai à tirer les ficelles si tout va bien...
Posté par herve le derve à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juin 2017

passé sali

     Cette fois, ça ne passe plus, le passé sali plein la bouche, les accusations et les condamnations absurdes, trouver de l'air quelque part...
Posté par herve le derve à 11:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 juin 2017

les transports de Jacques, Jodël et Christine

     Au Marathon des Mots, de belles rencontres !     Jacques Bonnafé interprète démentiellement Fierabras, inconnu de moi, une lutte à mort entre Sarrasins et Chrétiens, épiquement vôtre ! Il chante, il galope dans la chapelle des Carmélites, s'emballe, désarçonne, chute, remonte, rompt heaumes et écus, crie, chante, psalmodie, en avant ! Accompagné par le très posé en comparaison Jodël Grasset au luth et au psaltérion, une habitation, un déménagement mental, tout ça avec recul et ironie ! (ceci... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 09:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juin 2017

sur-nombril

     Adapté cinq pages hier de mon roman en bande dessinée, content. Il me faudrait un dessinateur là aussi, histoire que cela ne ressemble pas trop à une divagation égotique...
Posté par herve le derve à 08:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juin 2017

L'Homme qui plantait les arbres, Giono (13)

     Le pays n’avait pas changé. Toutefois, au-delà du village mort, j’aperçus dans le lointain une sorte de brouillard gris qui recouvrait les hauteurs comme un tapis. Depuis la veille, je m’étais remis à penser à ce berger planteur d’arbres. « Dix mille chênes, me disais-je, occupent vraiment un très large espace ».      J’avais vu mourir trop de monde pendant cinq ans pour ne pas imaginer facilement la mort d’Elzéard Bouffier, d’autant que, lorsqu’on en a vingt, on considère les... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 juin 2017

L'Homme qui plantait les arbres, Giono (12)

     Il étudiait déjà, d’ailleurs, la reproduction des hêtres et il avait près de sa maison une pépinière issue des faînes. Les sujets qu’il avait protégés de ses moutons par une barrière en grillage, étaient de toute beauté. Il pensait également à des bouleaux pour les fonds où, me dit-il, une certaine humidité dormait à quelques mètres de la surface du sol.      Nous nous séparâmes le lendemain.      L’année d’après, il y eut la guerre de 14 dans laquelle je fus engagé... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]