23 juin 2017

L'Homme qui plantait les arbres, Giono (11)

     C’est à ce moment là que je me souciai de l’âge de cet homme. Il avait visiblement plus de cinquante ans. Cinquante-cinq, me dit-il. Il s’appelait Elzéard Bouffier. Il avait possédé une ferme dans les plaines. Il y avait réalisé sa vie. Il avait perdu son fils unique, puis sa femme. Il s’était retiré dans la solitude où il prenait plaisir à vivre lentement, avec ses brebis et son chien. Il avait jugé que ce pays mourait par manque d’arbres. Il ajouta que, n’ayant pas d’occupations très importantes, il avait... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juin 2017

L'Homme qui plantait les arbres, Giono (10)

     Arrivé à l’endroit où il désirait aller, il se mit à planter sa tringle de fer dans la terre. Il faisait ainsi un trou dans lequel il mettait un gland, puis il rebouchait le trou. Il plantait des chênes. Je lui demandai si la terre lui appartenait. Il me répondit que non. Savait-il à qui elle était ? Il ne savait pas. Il supposait que c’était une terre communale, ou peut-être, était-elle propriété de gens qui ne s’en souciaient pas ? Lui ne se souciait pas de connaître les propriétaires. Il planta... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 juin 2017

L'Homme qui plantait les arbres, Giono (9)

     La société de cet homme donnait la paix. Je lui demandai le lendemain la permission de me reposer tout le jour chez lui. Il le trouva tout naturel, ou, plus exactement, il me donna l’impression que rien ne pouvait le déranger. Ce repos ne m’était pas absolument obligatoire, mais j’étais intrigué et je voulais en savoir plus. Il fit sortir son troupeau et il le mena à la pâture. Avant de partir, il trempa dans un seau d’eau le petit sac où il avait mis les glands soigneusement choisis et comptés. ... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 juin 2017

L'Homme qui plantait les arbres, Giono (8)

     Il y a concurrence sur tout, aussi bien pour la vente du charbon que pour le banc à l’église, pour les vertus qui se combattent entre elles, pour les vices qui se combattent entre eux et pour la mêlée générale des vices et des vertus, sans repos. Par là-dessus, le vent également sans repos irrite les nerfs. Il y a des épidémies de suicides et de nombreux cas de folies, presque toujours meurtrières.      Le berger qui ne fumait pas alla chercher un petit sac et déversa sur la table un tas... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 juin 2017

ne pas attendre

c'est un souffle à contrôler sans annoncer la couleur trouver sans chercher vivre une seconde fois par les mots d'une nature hybride à côté de soi dans un autre repli
Posté par herve le derve à 20:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 juin 2017

doucement...

     Encore une bande dessinée lue, convenable, et deux pages adaptées, planche 18 maintenant... j'en suis peut-être à un sixième du projet... Il est possible que je finisse d'ici septembre...      Quant à l'adaptation de Maupassant pour proposer à un dessinateur précis, il est en cours de traduction en anglais, j'espère pour fin juin...  
Posté par herve le derve à 18:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 juin 2017

Bruce Lee et autres souvenirs

     Je rajoute à mes lectures Mes années 80 de Sean Chuang : ses souvenirs de jeunesse à Taïwan, bien ! Avant de retourner à mes pages...
Posté par herve le derve à 14:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 juin 2017

lu ces 24h, loin du Mans et des échecs

     Je n'ai pas touché aux échecs depuis ma résolution de vendredi soir. J'en regarde encore pour comprendre comment je ne pourrai pas m'en éloigner complètement. Je sens les choses se remettre en place pour re-composer un être toujours incomplet, en appétit de tout, amateur de la vie écrite, dessinée, chantée, jouée des autres. Les poèmes saturniens sont relus doucement, sorte de souvenir désenfoui, désuet, rimes lourdes par moments et des envols par d'autres, comme une frontière poétique, l'ancien et le nouveau... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 12:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 juin 2017

L'Homme qui plantait les arbres, Giono (7)

     Il avait été entendu tout de suite que je passerais la nuit là ; le village le plus proche était encore à plus d’une journée et demie de marche. Et, au surplus, je connaissais parfaitement le caractère des rares villages de cette région. Il y en a quatre ou cinq dispersés loin les uns des autres sur les flancs de ces hauteurs, dans les taillis de chênes blancs à la toute extrémité des routes carrossables. Ils sont habités par des bûcherons qui font du charbon de bois. Ce sont des endroits où l’on vit mal.... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 juin 2017

L'Homme qui plantait les arbres, Giono (6)

     Son ménage était en ordre, sa vaisselle lavée, son parquet balayé, son fusil graissé ; sa soupe bouillait sur le feu. Je remarquai alors qu’il était aussi rasé de frais, que tous ses boutons étaient solidement cousus, que ses vêtements étaient reprisés avec le soin minutieux qui rend les reprises invisibles.      Il me fit partager sa soupe et, comme après je lui offrais ma blague à tabac, il me dit qu’il ne fumait pas. Son chien, silencieux comme lui, était bienveillant sans... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]