18 juillet 2016

manques remis

c'était mon anniversaire aujourd'hui 44X365.25 jours mais mon téléphone cassé m'a coupé du monde j'en ai regardé dans les boutiques toute la journée ce cadeau sous plastique vomissait nos manques je vais m'en passer plus de téléphone rien les mots écrits suffiront    
Posté par herve le derve à 21:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 juillet 2016

comme la vie

j'en rêve de ce robinet à mots j'en ai peur comme la vie qui fuirait
Posté par herve le derve à 21:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 juillet 2016

ça n'use pas

     Marché neuf jours, 235km sur le Chemin,  beau ! A poursuivre...
Posté par herve le derve à 00:52 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
04 juillet 2016

toujours au bord

rive ronde cercle j'en ai usé des bordures la panique tourne se tourne se retourne contre elle  
Posté par herve le derve à 00:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 juillet 2016

conseils de l'inconnu vivant au géant disparu

      Et moi qui critiquais la poésie inégale, lourdaude par moments, et d'autres fois si bien sentie du jeune défunt de la poésie, présenté comme LE poète ! Soit ce Bonnefoy disparu, soit le Jaccottet, chantres du siècle... Exemple : Une autre fois. Il faisait nuit encore. De l’eau glissait Silencieusement sur le sol noir, Et je savais que je n’aurais pour tâche Que de me souvenir, et je riais, Je me penchais, je prenais dans la boue Une brassée de branches et de feuilles, J’en soulevais la masse, qui... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 00:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 juin 2016

delirium *3

j'avais déjà tout donné dans un poème mes tripes répandues en 1999 place Saint-Sernin pantelantes sur les étoiles bleues du pourtour tout a dû sécher depuis qui se souvient des poissons dans le sol frais de mes mots perdus de ton sourire face à la flèche de nos sommeils croisés des fuites comme des rêves mes histoires que tu lisais alors les enfants qui n'avaient pas encore poussé dans ton ventre l'amour est mort et mes poèmes ne sont toujours pas lus crois-tu qu'ils ont enlevé la tombe de notre petite je les imagine... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 18:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 juin 2016

delirium *2

c'est au silence que je crie vous êtes aveugles sourds muets des cadavres plein la bouche à vomir quelle histoire il vous faut une main en avez-vous à tendre des mélasses où je rampe vous prendrez les vocables de crise tressés en gentille poésie non ne prenez rien continuez votre chemin pèlerins au ventre plein aux oreilles débordées poursuivez le long de la voie les poètes pantelants pendus à la colle de leur blague d'âme vous regardent à chacun sa ballade à quoi ont-ils pu croire pour ça pour ce silence ces peurs... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 17:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 juin 2016

delirium *1

quand je vois passer le rat sur la terrasse je suis sûr qu'il s'agit du même celui qu'on a mis là pour moi le représentant absolu ma blague d'âme avec une queue crénelée mes syllabes mêlées à ses pattes nos yeux jaunes le rire des poussières volantes on a disparu tous les deux sous le buisson de ma fable  
Posté par herve le derve à 17:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 juin 2016

comprenne qui...

     Et ça continue, celle que je faisais rimer avec fanes dans ma chanson a été lue sur France culture, et vas-y qu'elle prend le gradus et qu'elle balance son inventraire à la Prévert fatigué ! Pitié ! Gentille femme au demeurant qui me regardait d'un drôle d'oeil aux quarante ans de mon amie parisienne...  
Posté par herve le derve à 16:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 juin 2016

sans rien ni rimes

des faisceaux électriques j'entends tout ça grincer en tête personne n'entend personne n'en rit comme avec les borborygmes les pensées mortes avalent leur pied comme la langue
Posté par herve le derve à 01:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]