15 septembre 2015

récit-môme

     Et au réveil, le père et la mère, ensemble réunis dans l'auteur, tenaient l'enfant-roman dans leurs bras, et à la fois soulagés et vides, comme à chaque grossesse-écriture menées à terme, le bébé-livre dans les bras, le berçant face au miroir, ils réalisèrent qu'il n'avait pas encore de prénom-titre...
Posté par herve le derve à 08:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 septembre 2015

achevé !

j j' j'a j'ai j'ai f j'ai fi j'ai fin j'ai fini j'ai fini m j'ai fini mo j'ai fini mon j'ai fini mon r j'ai fini mon ro j'ai fini mon rom j'ai fini mon roma j'ai fini mon roman mon roman m'a fini mon roman m'a fin mon roman m'a fi mon roman m'a f mon roman m'a mon roman m' mon roman m mon roman mon roma mon rom mon ro mon r mon mo m
Posté par herve le derve à 00:32 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
15 septembre 2015

roman miroir

ia'j inif nom namor j'ai fini mon roman
Posté par herve le derve à 00:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 septembre 2015

révélations lentes

     Ce n'est qu'après la rédaction de mes courts messages que les réflexions aboutissent, plus tard, dans la nuit, au téléphone, en rêvant... J'écrivais sur le déclic de finir mes créations vers mes trente-huit ans, sans comprendre pourquoi comment... Et hier, c'est monté, une des facettes, c'est à cette époque que mon père est entré dans son premier coma...  
Posté par herve le derve à 11:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 septembre 2015

comme moi les mots

     Un courriel, en réponse à une amie :     Je viens d'imaginer, pour la première fois aussi, la chance des musiciens qui voient leurs notes danser comme moi les mots !  
Posté par herve le derve à 09:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 septembre 2015

fins avalées

     Depuis cinq ans, le début de mon film documentaire sur un écrivain, je sais que je peux tout finir, poèmes, romans, films, bandes dessinées... Cela m'a pris un temps pour m'autoriser à créer ! Je cherche le pourquoi de ce dénouement, je ne trouve pas. A trente-huit ans ça s'est passé, au moment du marathon et du triathlon finis, un déclic, un an avant la séparation et deux avant la mort de mon père. J'étais mûr sans le savoir ni le comprendre, vingt-quatre ans après avoir commencé à écrire (en 1986, amoureux... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 09:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 septembre 2015

tisser le continuum

     Le plus dur ? Ecrire le rien entre les actions fortes dans le récit, c'est ce rien-lien qui enveloppe le lecteur et le guide jusqu'à la sortie de la dernière page, comme l'ellipse entre les cases de bande dessinée, comme les plans de coupe au cinéma... Chaque idée naît, végète, enfle et s'enfile dans ce continuum, matière tissée de toutes pièces de la vie rejouée en mots.
Posté par herve le derve à 09:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 septembre 2015

rejouer la scène

       Extrait d'un courriel ce matin, à une amie, à qui je répondais à propos d'être productif en écriture :      Je ne me sens pas productif, ça monte tout seul, j'essaie de réceptionner les images, canalisées je ne sais par quelle magie, chimie...Mon roman avance tous les jours et c'est comme s'il reculait. Mes personnages s'accrochent à leur vie, et sadique, je les laisse espérer... Un auteur crée et tue, il rejoue la scène de la vie à son petit niveau...
Posté par herve le derve à 10:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 septembre 2015

mythe encore...

      Vu un court métrage très réussi, adapté de la bd de Philippe Foerster, par Sacha Feiner, sur Arte ce soir : Dernière porte au sud. Ambiance, narration, avec des choix tranchés, on finit par trembler avec le personnage de ce qu'il découvre de la vie ou de la mort, du mensonge ou de la vérité, on ne sait plus. Le mythe de la caverne revisité... Et si vous cherchez un peu, vous pouvez découvrir le très pédagogique making-off sur le net... http://tinyurl.com/pctuxpo  
Posté par herve le derve à 22:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 septembre 2015

roman peint

     Je me régale à lire L'immeuble Yacoubian d'Alaa El Aswany ! Les personnages qui reviennent, les situations qui évoluent, les destinées qui se dessinent, le rien qui change tout, la peinture de la société en mouvement, de la peinture voilà ce que c'est !
Posté par herve le derve à 19:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]