26 juillet 2015

richu

     A force de lire, tout se mélange... J'ai eu dans l'idée que Sylvie Germain avait sans doute lu Benoni de Knut Hamsun, et même Pan...    Elle écrit bien, phrase ciselées, poétiques et vives. On retrouve différemment un envoûtement proche de celui qu'opère Marguerite Yourcenar (Nouvelles orientales).      Pensé aussi à Carole Martinez, Le Coeur cousu, que je n'ai pas encore lu, juste feuilleté.      Le matin je lis, l'après-midi j'écris, le soir je regarde un... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juillet 2015

lectures d'infirme

     Fini Peer Gynt d'Ibsen, farfelu ! Chiant par moments évidemment, mais bon, une sorte de Candide qui aurait croisé la route du baron de Münchausen et de Faust !      Commencé le premier roman de Sylvie Germain que l'infirmière m'a déposé : Le Livre des nuits... et coché tous les livres lus dans la somme répertoriée de Bernard Pivot dans La Bibliothèque idéale...
Posté par herve le derve à 14:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juillet 2015

un futur sans virgule

     Un petit creux dans la vie que le rêve élargira suffira un temps à nous trouver une voie dans cette dure absence de sens.
Posté par herve le derve à 08:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 juillet 2015

drame poétique

     Commencé Peer Gynt d'Ibsen, dingue, déjanté, faussement pastoral, moderne !
Posté par herve le derve à 13:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 juillet 2015

22 dernières étapes d'écriture

38 523 38 028 37 510 37 018 36 545 36 050 35 572 35 114 34 751 34 023 33 256 32 508 32 345 32 150 32 085 31 575 31 377 31 271 30 800 29 957 29 541 29 192
Posté par herve le derve à 19:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 juillet 2015

livres dépotés

     Fini de relire La Faim de Knut Hamsun. Fou ! Chacune des pensées si humaine, déraisonnable, désespérante et pleine d'espoir ! Demain, je le prête à mon infirmière, je ne sais quelle tête elle fera !      Sur ma table dépotoir de l'homme immobilisé, je jette un oeil sur un fascicule d'Eluard publié en 1948... « Ouvrir les portes de la nuit, autant rêver d'ouvrir les portes de la mer, le flot effacerait l'audacieux. »      (je découvre sur internet que cela renvoie au... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 12:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juillet 2015

finir = mourir

     J'ai compris il y a si peu pourquoi j'avais du mal à finir d'écrire ! Dingue comme nous avons cette clairvoyance sur nous-même et combien nous sommes aveugles en même temps !      Et les apparences se posent de façon si naturelle, comme une mouette sur la grève qui a flotté au vent, lutté un peu aussi...
Posté par herve le derve à 11:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 juillet 2015

lire et dormir (et feinter d'oublier d'écrire)

     Je n'ai qu'un pied pour marcher mais encore deux fesses pour m'asseoir, c'est heureux, je peux lire ainsi, beaucoup. Parfois je m'endors sur le canapé, avant ou après les piqûres qui ne semblent fluidifier que le sang (pas mes pensées). Je m'y réveille aussi, tout étonné d'y demeurer toujours, le doigt dans les pages qui a bien voulu sauver ma lecture... Je cite : "      Je me levai, chaussai mes souliers et me mis à marcher de long en large par la chambre pour me réchauffer. Il y avait... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 11:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 juillet 2015

amis et moi ?

     Peut-être ceux que je pense être des amis ne savent pas que je les considère comme tels ! En tout cas, une blessure et tu tries facilement... Je ne dois pas savoir donner...
Posté par herve le derve à 18:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 juillet 2015

à la gorge

     Vertigineux film, étouffant, libératoire, crispant, lent, magique que Fanny et Alexandre... Bref, Bergman. Cela faisait peut-être vingt ans que je ne l'avais pas revu. L'émotion était différente, plus pleine et en même temps plus distanciée, je ne sais pas exactement. Les forces en présence m'ont déstabilisé davantage pourtant. Je comprends mieux le travail d'Arnaud Desplechin, je ne sais pas pourquoi j'ai pensé à Esther Kahn, à revoir pour comprendre... Retour d'un souvenir d'ambiance d'Opening night aussi de... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 07:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]