20 mars 2016

dunes ravalées

     Marché hier, des sentiers à l'aller, à la plage au retour, comme l'année dernière en avril, un peu plus encore, les dunes ravalées, formant des petits canyons, nous ayant trompés sur la fin,  4h09, 23km.
Posté par herve le derve à 11:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mars 2016

à l'Eluard

j'ai fait mon Paul Eluard en dédicaçant mon recueil de poèmes à l'amie girondine associant nature et corps créant images décalées avec des mots simples sensations sentiments débordants amusant ce Paul
Posté par herve le derve à 11:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
19 mars 2016

mots de papier (la mort ronde)

et moi qu'écris-je rien je ne serai que l'amateur l'amant au placard de la littérature des autres l'écho des mots de papier comme les balles non tirées de mon désespoir jamais entendu jamais publié aimé le temps du coït ignoré enfoui dans la mascarade contemporaine où les ego pleurent aussi vides que leurs verbes pluie sans verve multiplication du rien retours utérins des revues en ligne absent aux partages insaisi   enfouissez-moi encore passeur de paroles aux oreilles absentes emporté par... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 10:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mars 2016

un chilien à Bordeaux

     C'est pour ça que je viens à Bordeaux, soeur ignorée de Toulouse, livres, embruns et vins mêlés...   Avec vos pieds, vos vertèbres, avec vos mots, vos répulsions, vos tendresses clouez-moi ! Forgez-moi ! Tapez et clouez ! Et clouez encore ! Dessinez-moi avec une langue, avec un sexe avec des larmes, lavez-moi de vos  métamorphoses !   Carles Diaz, Le fleuve à l'envers.
Posté par herve le derve à 10:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mars 2016

Le matin ne le saura jamais...

Toujours cette écriture à part, intérieure, décalée, incomparable, les échos rebondis dans le feutre et la dentelle de soi, hors sentiers rebattus, ce Rilke !   Es-tu si lasse ? Je veux te mener doucementhors de ce tumulte, qui depuis longtemps me pèse aussi.Notre blessure est à vif sous le joug de ce temps.Vois, derrière la forêt où nous marchons en tremblant,comme un château illuminé déjà le soir attend. Viens avec moi. Le matin ne le saura jamais,et dans la maison nulle lampe n’épiera ta beauté …Ton parfum... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 10:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mars 2016

nul ptyx (inanité sonore)

     Comme on lit, comme on vit, des bouts de temps, des petits bouts de phrases, bouts-rimés en écho.     L'air de rin de Bruno Fern qui reprend deux vers célèbres, les tord en artisan oulipien, un peu inutile, fantasque, en creux, un apéro à la poésie, l'olive avant le banquet...   A partir de : Aboli bibelot d'inanité sonore de Mallarmé... Artiste local : Abominable ego, phagocyte et s'adore. Endurant : Happe au vit, pompe à chaud, lime du soir à l'aurore. Originel : A produit un défaut -exister... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 09:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 mars 2016

embruns

l'océan dedans et dehors connexion des marées tendres équinoxes
Posté par herve le derve à 09:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
08 mars 2016

ne pas...

là les temps morts en bouche rester ainsi ne rien gâcher avec un semblant de poème
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 mars 2016

des chiffres pour tout

     36927 couples se seraient formés en Europe prétend Arte depuis le début de la semaine ! Et dire qu'on est lundi !
Posté par herve le derve à 20:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
06 mars 2016

nids de poules en formation, à vos stylos !

     Oyez écrivains et poètes de tout poil ! Lancement d'une écriture sur un thème commun, participez !      Voici le sujet : "Rédigez une nouvelle de 5000 mots, sans verbe conjugué, ayant pour titre imposé : "Nid de poules en formation" (il s'agit au départ d'un panneau de la route quand un trou se forme), livraison le 20 mars 2016 à minuit dernier délai."       Bonne écriture !
Posté par herve le derve à 19:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]