20 février 2015

proposition de partage

     Ma grande amie est partie plusieurs semaines en Amérique du Sud. Je viens de lui demander par courrier électronique si elle acceptait que notre correspondance se retrouve ici, sur ce blog...
Posté par herve le derve à 17:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 février 2015

du passé resurgi

j'ai suivi les pointillés ------------------------------- mais je n'ai pas découpé la route pour autant -------------------------------
Posté par herve le derve à 14:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 février 2015

pas calmé

Ranger ne m'a pas calmé. Rien ne le saura. Les sommeil viendra, toujours bien inspiré...
Posté par herve le derve à 20:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 février 2015

les choix

Photo de ma fille encore. Tout a disparu, neige et froid.
Posté par herve le derve à 20:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 février 2015

sécheresse

     Aucune passion ne vit encore au coeur. Rien qui ne saurait prendre. Même pas senti que tout pesait.
Posté par herve le derve à 20:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 février 2015

sec

     Aucune passion ni vie encore au coeur. Rien qui ne saurait pousser. Même pas senti que tout vibrait.
Posté par herve le derve à 14:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 février 2015

vacances

     Si proche d'eux, ces êtres qui croissent quand moi je me tasse.
Posté par herve le derve à 23:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 février 2015

aride

     Aucune passion ni vie encore au coeur. Rien qui ne saurait pousser. Même pas senti que tout virait.
Posté par herve le derve à 18:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 février 2015

rêves de langue

     De la langue, mêler les rêves. Encore un peu. Un bord de soi. Pour eux.
Posté par herve le derve à 22:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 février 2015

poétique phénolique

     Lu un poème étonnant lancé par mon amie bordelaise, d'Alain Larose.      Et déposé ce petit commentaire sur ledit site... "On le relit, en bouche, plusieurs fois, il se dilate et à la fin du verre, de la bouteille, on se demande bien si on a rêvé. D'où venaient les tanins de ce poème ?"
Posté par herve le derve à 00:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]