21 janvier 2019

Face blanche vers le haut en voix

     Une jeu oral à deux voix, pour dire ce poème narratif, sorti l'année dernière lors d'un trajet en tram à Bordeaux...      Merci Christine pour ton idée et tout ton travail de montage !  
Posté par herve le derve à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 janvier 2019

poème 17

je voulais qu'on s'abandonne               que nos corps s'unissent                                            s'enlacent ... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 22:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
28 décembre 2018

canapé-tempête

On a baisé toutes nos faces sur le canapé-tempête Déridé l'océan Croqué les néants A cheval j'ai bouffé ton galop Marbré ta peau Bu ton dos Craché tes lèvres Il n'y avait plus qu'une nuit-matin éternelle
Posté par herve le derve à 22:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 décembre 2018

que les vents joueront

     Ces trois jours étaient si tendus de notre proximité et de l'angoisse de nous perdre en chemin qu'ils forment une filature d'heures suspendues à jamais.        Lisant, je rêvais que tes yeux lisaient les mêmes lignes, en même temps.      Nous sommes des rêveurs, sensibles, identiques, emportés par des désirs doux et impossibles, mélancoliques et fous, comme les personnages de nos récits.        Nous construisons des orgues que le vent... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 22:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 décembre 2018

Heřman Dvořák m'a répondu !

     Très content ! Ce matin au réveil, j'ouvre mes mails, et là, je vois une réponse du poète tchèque à qui j'avais envoyé un message, sans trop y croire... Je lui avais dit que j'aimais beaucoup ses poèmes, que j'avais découverts dans cette anthologie de la poésie tchèque que je lis depuis deux mois déjà ! Et il m'a envoyé le texte original en tchèque de celui qui m'avait peut-être le plus plu! Je n'y comprends rien, mais c'est beau !      Il s'agissait de Heřman Dvořák et de son poème... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 09:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 décembre 2018

dans la forêt des songes piétinés

en passant je l'ai pris en passant sur une table   une table de nouveautés peut-être une table avec des livres comme jetés   je partais les bandes dessinées sous le bras de celles qui vous font respirer entre les grands livres   il n'y avait pourtant pas vraiment de place dans mes bras ni dans ma tête la quarantaine de livres sur mon chevet tout Shakespeare déjà et toutes mes pioches aléatoires la poésie tchèque la poésie brésilienne la revue La Piscine Tardi Les Carnets du sous-sol L'Ivraie en ordre Règne... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 07:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

23 novembre 2018

pioche en poésie tchèque (20 : Heřman Dvořák)

Faussaire   la nuit comme ta main qui glisse sans bruit le tableau prend forme face au tableau mes yeux se ferment et toujours à la bougie tu lances les lumières au grain   dans mes songes le fleuve dessine ton dos dans l'herbe je te cache le soleil avec mes cheveux sous mon dos maintenant les fleurs qu'on écrase livrent la dernière explosion au rêve   je crie entre peine et jouissance tu quittes le chevalet et essuies mes eaux   le chat rentre de sa chasse et frotte à son tour mon épaule je... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 21:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 novembre 2018

les panaches de vapeur

Tu te tournes et te retournes dans le lit. Tes yeux ne s'ouvrent vraiment que quand le café prend ton nez. Tu te redresses et m'aperçois enfin. Un mot grommelé, les syllabes se mettent en place.   Entièrement réveillée... Embrassades pour sortir de la nuit de tes rêves.     Ton dernier songe remonte, tu courais dans une forêt dont tu ne pouvais t'extraire. Puis, sans transition, tu me parles de mes mots, du poids de mes mots.   Et déjà au réveil encore peu assuré, tu penses à te confronter à tes pans de... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 novembre 2018

poèmes courts à deux (20)

20 mot 20 : occulter   sur le rivage la vague inlassablement nourrit la laisse   des traces en pointillés marcher sans rien occulter   *   souvenir du vent de tes cheveux dans ma bouche puis tout occulter
Posté par herve le derve à 13:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 novembre 2018

poèmes courts à deux (19)

19 mot 19 : mémoire   tendresse d'automne sur la plus haute branche le chant de l'oiseau   dépouillé l'arbre garde mémoire de sa silhouette   *   devant la fenêtre tourbillonnent les années un clin de mémoire    
Posté par herve le derve à 13:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]