20 septembre 2015

recueil poétique : une grande fatigue (1 : aussi con qu'eux)

une grande fatigue il me faut reposer les maux de tête aspirent chaque pensée je vais sortir par le nez m'accoucher par les oreilles aucun mot rêveur volera ni ce soir ni demain ni jamais je reviens à la prose pour raconter raconter juste pour la pose pour être lu re - con - nu les poèmes m'ont tout pris et la vie et les rêves je m'en vais conter aussi c o n que mes contemporains
Posté par herve le derve à 21:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 juin 2015

sous la nue

tout doit dégonfler d'abord une fois les poumons le coeur et la tête vides ça peut commencer creusé ça peut sortir au début l'oiseau poème volette faiblement au lâcher il faut voir à travers les peaux et les nuages et donner du rêve à l'aile pour le diriger et puis très vite c'est nous qui peinons à le suivre c'est lui qui tire les fils sens refaçonnés dessus dessous le rien enfle s'étend et flotte heureusement dans cette jouissance on ne sent pas la chute mais quand le souffle s'éteint le vide retrouvé nécessaire... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 22:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 juin 2015

petit poème de nuit

l'écho était tout interne dehors et dedans même vide et quand le fantôme se présentait de face comme s'il pouvait être chair encore je le laissais rompre ces faibles digues   son rire en nous piétinant de la sorte aurait quasi suffi à me distraire ses chaînes et mes os de concert dans un coeur de nuit où s'unir serait vain glissent claquent et vibrent assez pour s'y croire
Posté par herve le derve à 23:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 mai 2015

las

j'ai épuisé les vocables en même temps que mes nerfs mots dénervés
Posté par herve le derve à 22:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 mars 2015

jours ronds

     S'organiser à être si mal compris. Rester dans son trou, avec quelques vocables sans chair. Les nuages ont une course au-dessus et tout est rond, jour, pluie, vent et nuit.
Posté par herve le derve à 22:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 mars 2015

sans paroles

je connais chaque histoire de mes moutons de poussière leur trajet leur nombre la nuit ils circulent sous mon lit près de la fenêtre s'amusent à virer follement à coller le froid radiateur on ne se parle pas juste une tolérance réciproque
Posté par herve le derve à 22:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

07 mars 2015

bats encore

bats après tout bats donne quelques coups au passage vas-y bats allez bats manière de dire manière de voir que les autres croient que tu bouges encore tu n'es pas encore parti bats autant que tu pourras même sans sens ça cillera assez pour la mascarade bats tu es encore là le vent le sens-tu l'appel encore l'entends-tu oui alors bats histoire d'en finir
Posté par herve le derve à 09:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 février 2015

sécheresse

     Aucune passion ne vit encore au coeur. Rien qui ne saurait prendre. Même pas senti que tout pesait.
Posté par herve le derve à 20:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 février 2015

sec

     Aucune passion ni vie encore au coeur. Rien qui ne saurait pousser. Même pas senti que tout vibrait.
Posté par herve le derve à 14:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 février 2015

aride

     Aucune passion ni vie encore au coeur. Rien qui ne saurait pousser. Même pas senti que tout virait.
Posté par herve le derve à 18:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]