25 juillet 2012

l'encre morte

les lignes d'encre dans l'herbe haute le jour où tu es partie mon livre a chuté solitude
Posté par herve le derve à 10:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juillet 2012

mains perdues

ces chants en boucle en tête ces rêves accrochés aux roseaux de tes mains perdues solitude
Posté par herve le derve à 10:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juillet 2012

lectures passées

le catalpa de ma jeunesse sous lequel je lisais solitude
Posté par herve le derve à 10:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juillet 2012

lignes de rosée

la rosée des lignes du livre relu mouille et vrille le reste de mes pensées mortes solitude
Posté par herve le derve à 10:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juillet 2012

que j'erre

c'est au centre de ce trou de ma personne que j'erre solitude
Posté par herve le derve à 10:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juillet 2012

au bout de l'air

     "Le même mot ne raisonne jamais de la même façon, il percute dans la tête, choisit d'être doux ou cruel, paisible ou agressif. Nous, nous le subissons."      Une amie m'envoie ces mots, à mon réveil. A son réveil peut-être aussi. J'ai ajouté deux virgules et un point à ses mots, pour respirer un peu. Mais peut-être ne le voulait-elle pas, respirer en parlant, juste parler.      Se lever, affronter la vie, celle qui reste, au bout, au bout de l'air, rejeté, repris,... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juillet 2012

fausseté du mouvement

     Au réveil, le ventre fausse le creux. Fait comme s'il fallait vivre, avaler. Pareil pour les pieds, leur donner une direction, un but au petit matin. Mais rien n'a la force, pour rien. Sans les enfants, je me traînerai du lit au lit, en chaînant les songes, noyant les espoirs.     Mais voilà, j'ai deux pieds, un ventre, quatre enfants et des mètres d'intestins, des kilos de peur, mieux vaut bouger avec tout ça...
Posté par herve le derve à 08:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 juin 2012

ce qui reste de la terre

j'aurais bien pris tes seins dans ma bouche hier le long du fleuve la Garonne aux ravins de moraines pris tes doigts les tordre dans les miens qu'un jus sanguin nous lie moi bombant le torse avant de baigner tes cuisses de mon sel s'offrir des baisers de nos bouches et nos sexes sous la nue renversés piétiner l'amitié et flamber ces oripeaux aux dorures passées pour percer enfin tes secrets et tes reins ignorant les passants l'heure et la pluie interdits tes yeux m'auraient dit enfin la peur et le manque auraient mis... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 08:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juin 2012

à l'ombre des rives

assis sur la rive de la ronde il suit l'ombre les rats seuls le sentent son carton le recouvre femme ou homme rien ne le trahit quand la péniche passe il tire sa couverture plus haut encore pas de commentaires sur la beauté des rives merci
Posté par herve le derve à 11:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juin 2012

rengaine de la nuit

assis sur la rive de la ronde il suit l'ombre comme une rengaine un pansement ces mots déterrés pas de mains tendues juste des mots dans la nuit de tes silences
Posté par herve le derve à 07:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]