16 décembre 2013

même procédé, proportions gardées...

     C'était il y a vingt ans... J'écrivais comme ça, c'est Borges qui m'y a fait penser... à dire qu'il est le feu qui le dévore... Dans ma chute, j'étais chutant et l'air aussi... Borges m'a fait penser à moi, honte bue toute ! Juste le même principe, la même image, se substituer à ce qui agresse, à ce qui emporte... "Le temps est un fleuve qui m’emporte, mais je suis le fleuve. C’est un tigre qui me dévore, mais je suis le tigre. C’est un feu qui me consume, mais je suis le feu."   Je suis l'aigle qui... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 00:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 décembre 2013

noir sang

allonger dans mon ventre cette peine qui dépasse dans le noir de mes mains sang
Posté par herve le derve à 00:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 décembre 2013

ne rien dire

nier renier rien dire les rides le temps qui reste sur place  
Posté par herve le derve à 21:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 novembre 2013

re-dite

Que des trous dans lesquels je m'enfonce pour ne pas être ne pas faire
Posté par herve le derve à 12:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 novembre 2013

les restes de soi

après ça il ne me restera qu'à finir les coupes après ça il ne me restera qu'à me pendre à la poutre
Posté par herve le derve à 23:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 octobre 2013

là d'ici

les mots ne sont plus l'air stagne avant la mort l'abandon pour y entrer vivant
Posté par herve le derve à 22:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 septembre 2013

mots à reprendre

J'ai perdu sept huit mots d'un texto que je trouvais beaux Narcisse réduit oseras-tu les demander à la belle moins belle que toi  si tu osais
Posté par herve le derve à 08:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 septembre 2013

au conditionnel

seul le temps qui ne passe plus me renseigne sur ceux que j'aurais pu être
Posté par herve le derve à 13:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 septembre 2013

ne pas attendre

longtemps sans cette fièvre des mots abandonné sur la rive sans un seul accès   je ne creuse plus si les lettres veulent frapper je sais que je ne pourrais lutter donner le flanc seulement   je n'attends plus pour vivre un peu les douleurs sont trop fortes pour transcrire
Posté par herve le derve à 22:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 septembre 2013

de la répétition agrandie

caves gruyères de ma tête trouée
Posté par herve le derve à 12:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]