07 mai 2012

toujours remuant

Le gouffre, la nuit, la terreur s'unissent de plus en plus indissolublement.
Posté par herve le derve à 22:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 mai 2012

la nuit à la renverse

 La nuit à la renverse     Indissolublement, s'unissent la terreur, la nuit et le gouffre. Sur la paroi perpendiculaire, de plus en plus infimes, les aspérités à peine se lisent. Avec une lenteur interminable la fourmi poursuit son ascension ; l'opiniâtreté et le dégoût me font hésiter, sans contrôle, machinal, fourbu, aux aspérités me retenant avec la plus grande difficulté, avec sous moi plusieurs fois aussi immense un abîme, de milliers de mètres de profondeur qui constamment me précipite. Gouffre profond, ma nuit... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 13:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 mai 2012

elle remue toujours

                    sous le plafond de ma petite chambre                         est ma nuit                     gouffre profond précipité constamment ... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 13:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 mars 2012

Sur la rive de la ronde (1)

sur la rive de la ronde assis il suit l'ombre des vies en boucle ces anneaux indistincts   ses doigts gourds fouillent son sac sous les cartons amassés pour la couche   la cigarette du matin s'étend un brouillard chaud et bleu sur sa peau ses dents sa langue et ses lèvres ce qui reste prend forme à travers  
Posté par herve le derve à 12:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
19 février 2012

du balancier

ma vie avec ses creux abyssaux la peur d'être en haut puis en bas sans rien comprendre du balancier
Posté par herve le derve à 14:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 février 2012

bise rage

bise bise rage rue rebeval j'ai des cartes postales des vieux orages que je darde que je garde   tu les recevras rue rebeval mes éclairs fatals dans tes draps que je carde que tu fardes
Posté par herve le derve à 00:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 février 2012

ils jouent encore

sur les bords je les vois vivre ils rient ils jouent encore mon apathie les laisse vagues je n'ai plus d'amour
Posté par herve le derve à 18:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 décembre 2011

poème du sauvage et chanson d'autrui

des ritournelles des peurs passer pour léger et calme malgré les tempêtes j'ai couvert tous les miroirs je n'y suis plus   Je n'ai pas peur de la route Faudrait voir, faut qu'on y goûte Des méandres au creux des reins Et tout ira bien Noir Désir, Le vent nous portera.
Posté par herve le derve à 19:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 décembre 2011

A ma femme endormie

     Dernier sizain d'un poème de Charles Cros, toujours lui pour moi, A ma femme endormie.   Moi je veille et je fais ces vers Qui laisseront tout l'univers Sans désastre et sans incendie ; Et demain, au soleil montant Tu souriras en écoutant Cette tranquille mélodie.
Posté par herve le derve à 18:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
11 décembre 2011

Profanation (Cros)

     Je puis vivre seul,     Car j'ai la peau dure.     Recouvre, linceul,     Cette pourriture.      Dernier quatrain de Profanation de Charles Cros.     Je dois avoir la peau moins dure... seul, j'évite, j'ai évité encore toute la journée...
Posté par herve le derve à 01:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]