18 avril 2014

Plume d'ange (4)

Je me retrouve dans la rue grondante, tenaillant la plume dans ma poche. Que dire? Que faire? "Monsieur l'agent, regardez, c'est une plume d'ange." Il me croit! Aussitôt les tonitruants troupeaux de bagnoles déjà hargneuses s'aplatissent. Des hommes radieux en sortent, auréolés de leurs volants et s'embrassent en sanglotant. Soyons sérieux! Je marchais, je marchais, dévorant les visages. Celui-ci? La petite dame? Et soudain l'idée m'envahit, évidente, éclatante... Abandonnons les hommes! Adressons-nous aux enfants! Eux seuls savent... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 avril 2014

Plume d'ange (3)

Au petit matin, parmi les nègres des poubelles et les premiers pigeons, je filai chez mon ami le plus sûr. Je montrai ma plume à l'Afrique, aux poubelles, et bien sûr, aux pigeons qui me firent des roues, des roucoulements de considération admirative. Je sonne. Voici mon ami André. Posément, avec précision, je vidais mon sac biblique, mon oreiller céleste: "Tu m'entends bien, André, qu'on me prenne au sérieux et l'humanité tout entière s'arrache de son orbite de malédiction guerroyante et funeste. A dégager! Finies la souffrance, la... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 avril 2014

Plume d'ange (2)

Et l'ange disparut laissant la plume entre mes doigts. Dans le noir, je restai longtemps, illuminé, grelottant d'extase, lissant la plume, la respirant. En ce temps-là, je vivais pour les seins somptueux d'une passion néfaste. J'allume, je la réveille: "Mon amour, mon amour, regarde cette plume... C'est une plume d'ange! Oui! un ange était là... Il vient de me la donner... Oh ma chérie, tu me sais incapable de mensonge, de plaisanterie scabreuse... Mon amour, mon amour, il faut que tu me croies, et tu vas voir... le monde!" La... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 avril 2014

Plume d'ange (1)

     C'est bête, quand je vois Claude Nougaro maintenant, en vidéo, je suis davantage touché que quand je le voyais déambuler dans les rues. Il ne marchait pas, non, il déboulait, roulait, un petit taureau dans les rues de la ville rose... Et hier, j'écoutais son texte Plume d'ange, un drôle de texte, un drôle de mélange... Vous voyez cette plume ? Eh bien, c'est une plume... d'ange Mais rassurez-vous, je ne vous demande pas de me croire, je ne vous le demande plus. Pourtant, écoutez encore une fois, une... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 22:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 avril 2014

symptôme d'effondrement

"J'avais déjà écrit quinze mille mots sans le moindre symptôme d'effondrement, quand le vieux désir de plaquer ma famille est revenu."      John Fante, West of Rome, traduit par l'étrange : Mon chien stupide.      Il n'y a pas que moi qui compte les mots...
Posté par herve le derve à 23:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 avril 2014

trous de livres

     Voilà, des oublis, des trous, permanents. Un souvenir, pas de réponses avec. Deux exemples : dans un livre de Calvino, je me souviens d'un personnage qui refuse de lire les messages qui l'entourent, il se dit esclave de la lecture, quand on a commencé à lire, on ne peut plus faire marche arrière, tout mot demande à être déchiffré. Dans un livre de Borges, non Marquez, le personnage perd la mémoire en écrivant dans un cahier, quoi, quand ? Et d'autres comme ça, tout le temps !
Posté par herve le derve à 23:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 avril 2014

père fils

     J'aime retrouver les personnages de Fante, avec son stupide chien ! Le prochain, je mélange encore, avec le fils, trente ans d'écart, la même folie père fils...
Posté par herve le derve à 23:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 avril 2014

résonances de livres

     Etranges livres ! Résonance infinie ! Je lis Les Compagnons de la grappe de John Fante, où le père du narrateur meurt, le jour de l'anniversaire de la mort du mien, et la semaine d'après je lis le roman du fils de Jonh Fante, Rien dans les poches de Dan Fante, où il raconte la mort de son père John ! J'ignorais tout ça...
Posté par herve le derve à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 avril 2014

chump chance

     Et voilà, encore la même erreur ! Je veux emprunter un roman de John Fante et je repars avec un de son fils Dan !      Chump Change, soit en français Rien dans les poches. Mais que veut dire Chump Change ?
Posté par herve le derve à 15:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
30 mars 2014

Kafka Scliar Hamsun

     Tout me tombait des mains, Alfred Kubin, Joao Ubaldo Ribeiro, Fernand Crommelynk, Paul Smaïl... et voilà que le bon John Fante me réconcilié avec le plaisir de tourner les pages ! Merci l'ami ! Je n'ai lu que Demande à la poussière, et lis en ce moment donc Les Compagnons de la grappe, bijoux ! "Soudain la caméra de mon destin m'a révélé une mer sombre et j'ai vu des poissons nager autour de mes os blancs. J'ai regardé Cavallaro, ma mère, et je suis resté figé sur place. Le type qui avait pissé dans les gants... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 14:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]