Sine linea

21 janvier 2017

Vu en novembre 2016 (2)

     La suite de la somme de novembre...

samedi 19 novembre : Papillon de nuit (Nocturnal butterfly) ; court métrage d'Annika Dahlsten ; HH ; cinq minutes poétiques et décalées sur un papillon, la vie comme un souffle...

Carole Mathieu : film de Louis-Julien Petit (2016) : HH ; sombre, mais on suit l'entreprise, la folie des uns et des autres dans la grande machine...

Hubert : bande dessinée de Ben Gijsemans (2016) : HHH ; on suit l'univers d'Hubert, qui passe son temps à peindre les tableaux de maître, couleurs, rythme, découpage, une réussite !

Thomas Pesquet - profession astronaute : documentaire d'Alain Tixier et Vincent Perazio (2016) : HH ; fantastique découverte de la formation des astronautes ! Abnégation, talent, engagement !

 

dimanche 20 novembre : Voyage en terre solitaire : film de Julia Loktev (2011) : HH ; un très bon début de film, mais tout ne tient pas au niveau scénario, malgré de très belles scènes.

 

lundi 21 novembre : Swagger : film documentaire d'Olivier Babinet : HH ; on est proches des jeunes présentés dans leur vie quotidienne, mais il manque quelque chose, une ampleur, un souffle. Belles images de rêves, mais un sentiment de déjà-vu avec les drones filmeurs...

Miles Davis / John Coltrane : concert à Stockholm (1960) : HHHH ; une idée de la mélodie, de la puissance et de l'émotion !

 

mardi 22 novembre : Truman Capote - Enfant terrible de la littérature américaine : documentaire d'Adrian Stangell (2016) : HH ; portrait intéressant malgré des lourdeurs de mise en scène.

 

mercredi 23 novembre : Hors de prix : film de Pierre Salvadori : H : pour la performance de Gad Elmaleh et la douceur d'Audrey Tautou, sinon, notre humoriste national Salvadori semble se contenter de scénario plus rapidement rédigé dans une tradition de comédie américaine...

 

jeudi 24 novembre : Norskov, dans le secret des glaces : série télé de Dunja Gry Jensen (2015) : épisodes 9 et 10 : HH ; et voilà, apothéose, lutte et confirmation, j'ai suivi tous ces méandres nordiques...

vendredi 25 novembre : Le Disciple : film de Kirill Serebrennikov (2016) : HHH : impressionnant ! L'élève, fou religieux, cite la Bible, manipule, tue ! On est mal tout le film, du mal à respirer... Heureusement qu'on ne suit pas les textes religieux pour vivre ! Suivre des poèmes tragiques comme mode de vie, c'est vraiment pour moi la plus étrange idée humaine...

samedi 26 novembre : Time Remembered : album de Bill Evans (1963) : HHH : d'une douceur, d'une nostalgie déroulée comme un rêve !

Les Animaux fantastiques : film de David Yates : HH ; en 3D, un peu mal à la tête... Un classique de la narration enlevée, un soupçon d'originalité dans un consensus filmé... Retrouvé le très bon acteur : Eddie Redmayne, découvert dans le film sur Stephen Hawking, Une merveilleuse histoire du temps.

Daphnis et Chloé : musique de Maurice Ravel (1909-1912) : HHH ; décollons doucement, rêvons !

dimanche 27 novembre :

Concert de Serge Gainsbourg au Zénith  : You're Under Arrested (1987) : HHH ; génie, folie, vulgarité, voix black à tomber, je ne peux pas ne pas chantonner, même les horreurs dites...

Trouble-fête : film de Lars Kraume (2014) : HH ; film familial réussi, acteurs impeccables (surtout Lars Eidinger).

Le ciel attendra : film de Marie-Castille Mention-Schaar (2016) : HHH ; encore un film où j'avais du mal à respirer, comme pour Le Disciple ! Tendu, détaillé, intelligent, dérangeant, réaliste, effrayant, tendre... S'ajoute parfaitement au documentaire vu plus tôt (Djihad, les contre-feux de Laetitia Moreau)

mardi 29 novembre : Maman a tort : film de Marc Fitoussi (2016) : HH : de bons moments, une construction classique, ça va...

 

 

 

 

 

Posté par herve le derve à 14:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Vu en novembre 2016 (1)

     Avec deux mois de retard, voici ce que mes oreilles et mes yeux de spectateur continuel ont retenu en novembre 2016...

Rappel : 1 seul H : bof, 2 H : bien, 3 H : très intéressant, 4 H : génial.

 

mardi 1er novembre : Lisa et le diable (Lisa e il diavolo) : film de Mario Bava (1973) : H ; de l'ennui à suivre ces péripéties de genre, les poupées, les masques, le diable, tout ça passe mieux en littérature finalement pour moi. Bon, il faut bien reconnaître le talent du metteur en scène dans ce domaine, mais sur moi, ces schémas glissent...

 

samedi 5 novembre : Norskov, dans le secret des glaces : série télé de Dunja Gry Jensen (2015) : épisodes 1 à 3 : HH ; ça fonctionne, intrigue bien menée, personnages plus complexes que je ne l'imaginais, même si les ficelles se révèlent assez grosses par moments...

Pithecanthropus erectus : disque de Charles Mingus (1956) : HHHH : mes oreilles charmées par l'architecture folle du génie musical ! Toute la journée à écouter ses albums !

The black saint and the sinner lady : disque de Charles Mingus (1963) : HHHH : que dire ? De toute façon, j'ai mélangé tous ses albums dans ma tête, bouillie merveilleuse !

Blues & roots : disque de Charles Mingus (1960) : HHHH : encore !

The Clown : disque de Charles Mingus (1957) : HHHH : long voyage...

Mingus at the Bohemia : disque de Charles Mingus (1955) : HHHH : sans commentaire...

Moves : disque de Charles Mingus (1973) : HHHH : ...

Few words - A Candide Thovex film : film de Matt Pain (2012) : HHH : je revois souvent les films sur ce skieur fou ! Je n'en crois pas mes yeux à chaque fois !

Candide Kamera 1 et 2 : films de ? (2009-2010?) : HHH : toujours sur le rider Candide Thovex, trois hivers à le regarder glisser...

One of those days : film de ? : 2010 ? : HHH : toujours à descendre, avaler les reliefs blancs, bienvenue à bord de ses yeux...

 

dimanche 6 novembre : Ma vie de courgette : film d'animation de Claude Barras : HH : très étrange de suivre ce petit film, on pense parfois à des idées mal dégrossies, à des clichés, mais cela fonctionne quand même, une simplicité déroutante, on est touchés finalement. En développant, je trouverais beaucoup de choses à redire, mais non, en faisant court, restons sur l'émotion simple.

Qu'un seul tienne et les autres suivront : film de Léa Fehner (2009) : HHH : un petit bijou, neuf de cette jeune réalisatrice, qui je crois habitait derrière la prison Saint-Michel à Toulouse, inspirée par les lieux...

 

lundi 7 novembre : Les apprentis : film de Pierre Salvadori (1995) : HHH : et me voilà à rire toujours de ces deux poltrons incarnés par Guillaume Depardieu et François Cluzet...

mardi 8 novembre : Histoire de cinéma, Histoires de sexe : documentaire de Florence Platarets (2016) : HH : bonne introduction au sujet, bonnes références et interviews, de Bertolucci à Verhoeven.

Room 237 : film documentaire de Rodney Ascher (2012) : H : on se lasse vite des élucubrations de l'auteur sur le grand Shining de Kubrick, mais on se souviendra de la richesse infinie du film étudié, bien plus que l'étude proposée ici...

mercredi 9 novembre : Ombline : film de Stéphane Cazes (2012) : HHH : au cinéma, je me souviens la première fois, on pleurait, les spectateurs se passaient les mouchoirs... C'est peut-être pour ça qu'on n'a pas donné à ce film la place qu'il méritait ? Ni parlé davantage de l'actrice Mélanie Thierry... A la deuxième vision, l'émotion est forte mais plus intérieure, une réussite.

Bernard Buffet , le grand dérangeur : documentaire de Stéphane Ghez (2016) : HHH : retour sur ce peintre qui est passé par tous les états de la critique ; on peut se lasser de ses traits froids et répétitifs, je le comprends, mais sur moi, ça prend, souvenirs anciens de sa présence partout...

vendredi 11 novembre : Le Bossu : film de Philippe de Broca (1997) : HH : un film populaire, des capes, des épées et des acteurs brillants, je l'ai regardé à nouveau, improbable...

 

samedi 12 novembre : Djihad, les contre-feux ; documentaire reportage de Laetitia Moreau (2016) : HHH : où l'on réfléchit enfin à ces jeunes qui partent au bout du monde tuer et se tuer, intelligent, plein de réflexions et d'analyses utiles et pertinentes !

 

dimanche 13 novembre : Norskov, dans le secret des glaces : série télé de Dunja Gry Jensen (2015) : épisodes 4 à 6 : HH ; je suis pris...

 

mardi 15 novembre : Les enfants volés d'Angleterre (2016) : documentaire de Pierre Chassagnieux et Stéphanie Thomas : HH ; juste impensable : sujet traitant des lois anglaises permettant de retirer des enfants à leurs parents dès leur naissance ! On se pince, on ne rêve pas, Ken Loach et les autres pourfendeurs ne sont pas des fous, ça existe bel et bien de l'autre côté de la Manche ! (pendant le film, je souhaitais que ce soit faux, partisan, exagéré, j'ai écouté, j'ai cherché ensuite, éditifante réalité !)

 

mercredi 16 novembre : Mettez des mots sur votre colère : bande dessinée de Marc Malès (2015) : H ; dommage, lent, dessins non aboutis, un découpage scénario mal ficelé ; il y avait de quoi faire sur ce sujet de l'exploitation enfantine...

Tour de France : film de Rachid Djaïdani : HH : de bons moments, et puis toujours mon faible pour le grand Gérard. J'y retrouve la fougue du réalisateur (quoique différente d'avant, avec Boumkoeur, son premier roman, et surtout l'excellent film : Rengaine !, plus gérée, maîtrisée sa fougue)...

 

jeudi 17 novembre : Norskov, dans le secret des glaces : série télé de Dunja Gry Jensen (2015) : épisodes 7 et 8 : HH ; ...

 

 

 

 

Posté par herve le derve à 12:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 janvier 2017

lexique rimbaldien

     En relisant Mes petites amoureuses d'Arthur Rimbaud et en recherchant un peu le vocabulaire bien tordu du poème, j'ai découvert une mine de site :

Lexique rimbaldien : Arthur Rimbaud - Mag4.net

Lexique des termes employés ou créés par Arthur Rimbaud dans sa poésie et sa correspondance.

http://www.mag4.net

 qui répertorie tout le lexique rimbaldien ! Génial !

Posté par herve le derve à 22:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 janvier 2017

récit souffle

     Pour  cette année, envie d'un grand projet, pas de petits poèmes plaintifs ou décalés. Un souffle, loin avec lui, longtemps.

Posté par herve le derve à 10:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

des heures pour ça...

     Amusement à réaliser ce calendrier littéraire avec l'amie girondine ! Chaque 1er du moi à minuit une la nouvelle page du nouveau mois ! 

Posté par herve le derve à 09:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 janvier 2017

calendrier littéraire (janvier 2017)

 

janvierbis

 

Posté par herve le derve à 01:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 décembre 2016

un peu plus loin

     Demain, début de déménagement, pas grand-chose de prêt, merci à ceux qui se bougent pour moi !

      Aller dans un village, cela faisait longtemps...

Posté par herve le derve à 01:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

écrire un peu m'allonger beaucoup

     Fini de rassembler mes poèmes pour mon dernier recueil de poésies depuis l'été 2014. J'en ai éliminé plusieurs, bon signe, mais il en reste, mauvais signe... La nouveauté ces deux dernières années, c'est la longueur des poèmes, plus narratifs qu'avant, plus bêtement lyriques et lourds aussi...

     Le titre boutade dudit livre inexistant, jamais publié si peu lu : écrire un peu m'allonger beaucoup.

    J'ai un souvenir d'un bouquin avec une expression comme ça, dans du Vian quand j'essayais d'avaler son indigeste littérature...

     J'existe peu dans la vie machine, que l'on mène de nos temps : travail, courses, épargne, je suis un peu à côté, écrire en résistance, crier dans le vide qui se crée en écho.

     En cinq ans, un roman, un film, deux longs recueils de poèmes, plus de quinze nouvelles, je dois peu exister pour pondre tout ça, avec l'horrible sentiment que je ne fais rien, que je n'écris pas encore ce que je devrais, terrible insatisfaction, même publié ce serait pareil. Je reste un amateur, définitivement on dirait. Tant mieux. Peu suivi, peu aimé, peu aimant, tout ça roule ensemble. Continuons à produire, vive l'indifférence !

 

 

Posté par herve le derve à 00:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

03 décembre 2016

mots secs

autant de torrents taris

je ne tends plus la main à mes noyés

que de cailloux et de nombrils !

 

Posté par herve le derve à 13:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vu en octobre 2016

C'est reparti pour octobre ! Rappel :  1 seul H : bof, 2 H : bien, 3 H : très intéressant, 4 H : génial.

 

samedi 1er octobre : Bagdad-Paris, Itinéraire d'un poète : film documentaire d'Emmanuèle Lagrange : HH ; où l'on suit le poète Salah Al Hamdani que je ne connaissais pas, bien mené, touchant et riche. On finit par être proche de lui, de sa voix poétique.

Relève : Histoire d'une création : film documentaire de Thierry Demaizière et d'Alban Teurlai : HHH ; on y est, au coeur de la création, le rythme, la montée des idées, l'énergie !

 

dimanche 2 octobre : Une autre vie : film d'Emmanuel Mouret (2013) : H ; un manque de rythme, peu enlevé, bien content de retrouver l'actrice Jasmine Trinca, mais pour l'acteur masculin, je ne sais pas, il y a maldonne, un nounours peu touchant, une façon de marcher empruntée, on attend qu'il se passe quelque chose et quand ça arrive, on n'en est pas touché pour autant, comme l'illustration d'un roman qui joue des clichés.

 

lundi 3 octobre : Burning : court métrage de Nathalie André (2015) : HH ; regardons le vide, regardons les jeunes hommes tomber, impressionnant de vide, une vie masculine comme une blague de la stupidité. J'ai pensé à Bruno Dumont, à La Vie de Jésus et même à Jacques Audiard, Regarde les hommes tomber.

 

mardi 4 octobre : Les années Obama : Yes we can : documentaire en quatre parties de Norma Percy, Paul Mitchell, Sarah Wallis, Delphine Jaudeau, Mick Gold : HH ; voilà la vie d'un président en fonction, effarant de voir cette activité débordante et surtout les bâtons dans les roues de tous ses opposants !

 

mercredi 5 octobre : Poesia sin fin : film d'Alejandro Jodorowsky : HHHH ; voilà, la création, la folie, la vie pleine, intérieure, poétique, le souffle du poète, le corps, l'âme du poète, tout est dérangeant, rempli, en forme de vague intérieure ! Pris, emporté par la vague, et en même temps, on peut rester sur la rive pour regarder tout partir dans le ressac.

 

Ida : film de Pawel Pawlikowski (2013) : HHHH ; je n'ai pas pu m'empêcher de le regarder à nouveau ! La magie encore en route ! Ce noir et blanc tranché, cette force des plans, l'inscription des acteurs dans ces plans, le froid, intérieur et extérieur, la vie, un libre palpitant !

jeudi 6 octobre : Superstar : film de Xavier Giannoli (2012) : HH : on ne sait jamais ce qu'il va faire ce Giannoli ! Un sentiment de déjà-vu, mais on suit quand même le bon Kad Merad dans cette comédie...

The Maker : court métrage de Christopher Kezelos (2011) : HH ; une réussite formelle, musicale et narrative pour cette petite fable animée, à voir en ligne  (https://youtu.be/YDXOioU_OKM) !

samedi 8 octobre : Miss Peregrine et les enfants particuliers : film de Tim Burton : HH ; on suit l'histoire, un sentiment encore de déjà-vu, mais une narration qui demeure maîtrisé et qui finit par s'envoler ; je n'arrive plus à me "dé-formater" par moment, perplexe au final.

 

Deux jours à tuer : film de Jean Becker (2008) : HHH ; le revoir pour la troisième fois peut-être, et ça marche toujours, tendu, court, percutant, on a le temps de s'imaginer à la place du personnage d'Albert Dupontel, et on est mal, très mal...

 

dimanche 9 octobre : Dans la brume électrique : film de Bertrand Tavernier (2009) : HHH ; quel hommage au cinéma ! de genre, américain, au cinéma tout court... Un rythme dans lequel on s'embourbe, comme a pu le faire le personnage de Philippe Noiret dans Coup de torchon presque trente ans plus tôt...

 

Dans l'antichambre des Beatles : documentaire de Ryan White (2013) : HH ; on suit le récit de la partie de la vie de Freda Kelly, qui devient la secrétaire de ce petit groupe les Beatles, toute une époque, quel plaisir de libération !

 

mardi 11 octobre : Dogs : film de Todd Phillips : H : de l'ennui qui finit par suinter malgré les bonnes intentions, cette façon d'avoir voulu tendre le climat à l'extrême qui retombe pour mes yeux de spectateur lassés peut-être...

 

mercredi 12 octobre : Si j'étais une femme je m'épouserais : bande dessinée de Joann Sfar : HHH ; on pourrait se lasser du nombril du grand Joann, mais non, ça fonctionne toujours sur moi, cette intelligence et cette connerie mêlées !

 

samedi 15 octobre : La Fille inconnue : film de Luc Dardenne et Jean-Pierre Dardenne : HH ; là aussi, on pourrait se lasser du perpétuel même schéma de la narration, la quête, le réveil de l'individu dans la froide société, et pourtant j'ai encore suivi le trajet du personnage d'Adèle Haenel, de façon certes bien moins enjouée qu'à la découverte de La Promesse (1996).

Black book : film de Paul Verhoeven (2006) : H ; rebondissements, reconstitution historico-romanesque où l'ennui a pu poindre comme dans le bien pire Une lueur dans la nuit de David Seltzer (1992). Pris par la beauté de l'actrice cependant, reconnaissons-le : Carice Van Houten.

 

mardi 18 octobre : Barbara et moi : pièce de théâtre au Pavé de Laurent Pérez : HH ; avec les deux comédiennes Agnès Claverie, Sylvie Maury et Philippe Gelda, au piano, j'ai suivi, surpris, la vie chantée de Barbara, avec des choix étonnants mais réussis.

 

mercredi 19 octobre : Paul Verhoeven, cinéaste de la provocation : documentaire de Elisabeth Van Zijll Langhout : HH ; où j'ai eu le plaisir de retrouver les images de ses premiers films, complètement fous ! Formellement réussi, riche et dynamique.

 

Who’s in the fridge ? (a love story) : court métrage de Philippe Lamensch (2015) : H ; c'est dommage, on aurait pu faire quelque chose de l'idée ; à la place, ça s'embourbe, lentement mais sûrement.

 

jeudi 20 octobre : Concert : Symphonie numéro 5 de Beethoven, dirigé par Pablo Heras-Casado au festival de Lucerne (2015) : HHH ; la force, l'âme, la beauté qui entre par les oreilles pour rester à vie dans tout le corps.

 

Concerto pour piano numéro 3 de Beethoven, dirigé par Stéphane Denève, avec Lukás Vondrácek au piano : HHH ; pareillement emportant, on oublie nos petits tracas quand la musique nous perce.

 

Furari : bande dessinée de Jirô Taniguchi : HHH ; à chaque fois, c'est pareil, le dessin nous semble facile, on se dit qu'on a déjà fait le tour des histoires du Maître, et puis, on est pris, la poésie nous enveloppe, on est surpris de fermer le livre dans cet état de plénitude poétique.

Le Trou noir : court métrage d'Alexandra Lazarowich (2015) : H ; bof de bof, une réalisation plate, une sujet casse-gueule où rien n'aura décollé...

samedi 22 octobre : Oscar : roman de Sébastien Miro : H ; amusant petit livre, touchant, truffé de jeux de mots souvent réussis (mais un peu trop présents), ce livre du fils de connaissances de ma mère, un écrivain proche de moi, au final, avalé avec plaisir.

 

Les Choristes : film de Christophe Barratier (2004) : HH ; porté par ces acteurs, tout passe, malgré notre réticence à vouloir le revoir, ça marche !

 

mercredi 26 octobre : Voyage à travers le cinéma français : documentaire de Bertrand Tavernier : HHHH ; plaisir, analyse, personnalité si riche, touchante, on le suivrait dans n'importe quelle direction cet homme !

La méthode Ken Loach : documentaire d'Emmanuel Roy : HHH ; interactif, réussi, malin, un plaisir à suivre !

 

Un obus partout : court métrage de Zaven Najjar (2015) : HHH ; petit film réussi, enlevé, tendu, beau comme un rêve de liberté possible.

 

jeudi 27 octobre : Moi, Daniel Blake : film de Ken Loach : HH ; on est devant, on regarde la vie à travers son prisme et on aimerait que ce soit sa vision qui déforme le sujet, mais non, c'est bien un aspect réel de la société anglaise qu'on voit ici. Depuis des années, son regard est là, nécessaire ! 

 

La main heureuse : bande dessinée de Frantz Duchazeau (2015) : HHH ; voilà, toujours je suis les histoires de Duchazeau et toujours je suis embarqué ! (Meteor Slim, si beau !) (et Conoco Station ! et Giglgamesh ! enfin tout quoi !)

 

vendredi 28 octobre : L'île aux femmes : bande dessinée de Zanzim (2015) : HHH ; malin tout ça, rieur, beau, encore une belle découverte en bande dessinée !

Chez Francisque : bande dessinée de Manu Larcenet et Yan Lindingre (2006) : HH ; la stupidité humaine au coeur, une plongée nécessaire !

Poèmes, oeuvre intégrale : Raymond Carver : HHH ; à la fois il m'énerve avec ses petits poèmes narratifs, à la fois il m'emporte avec ces petits travaux poétiques ! Un mystère pour moi...

Captain fantastic : film de Matt Ross : HHHH ; une claque ! Un entrée dans le film merveilleuse ! Des doutes, des questionnements, des moments de stupéfaction pure, perdu, retrouvé, ému, fâché, perplexe, voilà notre trajet intérieur de spectateur de ce film !

 

samedi 29 octobre : Le Mystère Enfield : série télé de Joshua St. Johnston : HH ; un peu cliché, irrégulier, mais j'ai marché, j'ai suivi tout ça sur les trois épisodes sans décrocher...

 

Porco Rosso : film d'animation de Hayao Miyazaki (1992) : HHH ; revu cet ovni animé, décalé, étrangement puissant sous ses dehors de duels répétitifs et creux...

 

dimanche 30 octobre : Wajda - Une leçon de cinéma : documentaire d'Andrzej Wolski : HHH ; on retrouve le grand bonhomme et la difficulté de tourner sous la censure, l'énergie créatrice sous nos yeux !

 

Une déflagration : film de Syllas Tzoumerkas (2014) : H ; on s'y ennuie, cette Grèce en crise soi-disant représentée par ce montage inefficace de cette famille filmée...

 

Princesses, pop star et girl power : documentaire de Cécile Denjean (2012) : H ; mettons que personne ne soit au courant du problème, alors oui, ce film est nécessaire...

 

Sing Street : film de John Carney : HHH ; fleur bleue ? vintage ? adolescent ? Et alors ! On a envie de crier son amour, de danser, de chanter ! Let's dance and sing !

 

Les amours d'Emma : téléfilm de Roberto Pérez Toledo (2012) : HH ; réussi petit film, touchant, plus malin que ce à quoi on peut s'attendre.

 

Le reste du Monde  + Le Monde d'après (2 tomes) : bande dessinée de Jean-Christophe Chauzy (2015-2016) : HH ; quelque chose me manque ou me dérange, le dessin, le rythme, le ton, et pourtant de bonnes choses, à découvrir.

 

Anguilles démoniaques : série manga en trois tomes de OCHIAI Yûsuke et TAKADA Yûu : HHH ; encore une histoire terrifiante en manga sur les usuriers, je me demande bien comment se porte le Japon... Une transformation physique et morale d'un homme perdu : très impressionnant ! Après, des temps morts, des loupés scénaristiques je pense, ça aurait pu être bien plus tendu.

 

Un mois bien rempli encore, mon imaginaire nourri à souhait, contrairement à ma vie et à mon écriture...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par herve le derve à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]