03 octobre 2017

Vrac (être poète) (23)

Être poète, c'est jouir de finir une phrase ritournelle par "et inversement".
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 octobre 2017

Vrac (être poète) (22)

Être poète, c'est mourir en connivence des Illuminations.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 octobre 2017

Vrac (être poète) (21)

Être poète, c'est se tromper de destinataire pour déclarer sa flamme ou pour l'éteindre sur l'écran (trop) tactile.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 octobre 2017

et pendant ce temps-là, la vapeur du riz déborde...

     J'adapte Guy de Maupassant en bande dessinée, en écoutant Miles Davis en concert, le paradis était donc là !
Posté par herve le derve à 12:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 octobre 2017

à Empalot

     Je crois bien avoir trouvé le nom de l'artiste qui réalise ces magnifiques fresques sur les immeubles de toute la planète : Hendrik Beikirch.
Posté par herve le derve à 00:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 octobre 2017

le même, autres détails, beau !

Posté par herve le derve à 00:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 octobre 2017

détails

     Je me promène dans les tableaux que j'ai photographiés à la dernière vente aux enchères de la fondation Saint-Henri ; là, il s'agit d'un détail d'une oeuvre de Serge Goldwicht : Avant l'envol, si je ne me trompe pas...
Posté par herve le derve à 00:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 octobre 2017

calendrier littéraire (octobre 2017)

Posté par herve le derve à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
30 septembre 2017

Vrac (être poète) (20)

Être poète, c'est regarder par la fenêtre, et s'imaginer regarder depuis la fenêtre de l'immeuble en face, à l'infini.
Posté par herve le derve à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 septembre 2017

réponse à Silvia quant à l'attrait de "L'amie prodigieuse"

     Nous sommes plusieurs à nous demander pourquoi nous tournons les pages de L'amie prodigieuse d'Elena Ferrante, sans comprendre ce qui nous pousse à poursuivre leur lecture tard dans la nuit et tôt au réveil... En effet, il est difficile de cerner ce que l'auteure apporte de neuf au roman, à l'art du récit, aux thèmes déjà développés dans d'autres ouvrages... Ce qui a de fort, c'est qu'elle parvient à combiner récit intime et récit de société, saga et intelligence analytique dans un seul et même mouvement... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 23:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]