07 mai 2012

petits maux

     Le soulagement des élections n'a pas su ôter mes maux de crâne.    Je ne me rends pas chez le médecin parce qu'il ne me trouvera pas assez nauséeux pour me donner congé mais bien trop dépressif pour poursuivre mon enseignement !
Posté par herve le derve à 10:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

06 mai 2012

comme un dimanche

     Pas assez de force pour aller à la campagne voter. Seul un mal de crâne subsiste, le virus fut petit et faible. Je pense à Larcenet et à son dessin sur son blog. Il m'embête à avoir raison.     Je n'aurai aucune joie si le candidat socialiste l'emporte, mais je dois reconnaître que voir le président sortant reconduit me figerait.      Fini le Paul Auster. Je regarde l'année de publication, 2002, année charnière de notre ancienne vie : dans l'ordre : on perd un enfant, on... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 14:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mai 2012

avant la nuit

     Coucher de soleil, impossible d'écrire face à lui, l'écran bleu devient orange.     L'ennui est si grand, plus grand encore que ce que je croyais pouvoir nommer amour.  
Posté par herve le derve à 21:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
05 mai 2012

les ficelles du récit

      Plongé dans Le Livre des illusions de Paul Auster, j'en oublierais presque mes maux de tête et mes bouffées de chaleur. J'aime à le voir tirer des ficelles, dans l'ordre qu'il veut, allègrement.      Je me souviendrai toujours du personnage qu'il a abandonné dans un de ses romans, dans une cave. On attend toujours qu'il revienne vers lui, et non, il le laisse mourir.       Pas si différent de la vie que ça...  
Posté par herve le derve à 19:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 mai 2012

un clip honteux d'un président sortant

   Malade depuis quatre jours, rien de foudroyant, pas de quoi s'arrêter de travailler... Pénible ce ventre, cette tête quand ils ne fonctionnent pas bien.      Ce doit être à cause du spot du candidat qui a repris les vieilles idées lepénistes des années 80. Navrant tout ça, ces images bleues, ces idées énormément plates. Je veux connaître le nom des éléphants qui osent véhiculer ces horreurs imagées, ces horribles images pour gagner quelques misérables voix, pour maintenir cette vaine idée de pouvoir... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 23:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mai 2012

17 100 000

     Zut ! J'ai loupé le débat entre Sarkhollande et Berluskozy ! Je ne faisais pas partie des 17 millions de mes concitoyens !     Et maintenant, je vais en fâcher quelques-uns, très peu en comparaison, avec mes mauvais jeux de mots...  
Posté par herve le derve à 10:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

03 mai 2012

pas de débat poisseux

     C'est grave docteur ? Je n'ai plus la télé, je ne regarde plus les matchs de foot, ni le débat entre les deux candidats. Faut-il opérer ? Tous se sont sûrement bien battus, pour le ballon, pour le poste, ils y croient, finir premiers, éviter la relégation, écraser l'autre, accumuler l'argent pour une autre vie...      Cela ne me touche plus.      Si je n'étais pas aussi lourd, je m'envolerais.
Posté par herve le derve à 08:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 mai 2012

tuile numéro 127

     Je me dis qu'à force de prendre des tuiles sur la tête, ça va s'arrêter ! Combien de tuiles sur un toit ? Combien sur ma tête ?     La dernière, juste pour le plaisir, la voiture qu'on m'a prêtée pendant que l'on cherche un nouveau moteur pour mon ancienne voiture a été visitée cette nuit...      Je ne suis pas sûr d'avoir répertorié tout ce qui a disparu...      Malaise comme à chaque vol, la confiance vole en éclats, on regarde les gens de travers, on... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 11:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
01 mai 2012

somme des sommeils

     Le sommeil seul m'attend, pour des nuits plates et molles.
Posté par herve le derve à 00:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 avril 2012

le complexe du peignoir

     Ah, vous ne connaissez pas la théorie dite du "complexe du peignoir" ? Pardon, c'est si commun que je pensais...      En fait, la nudité ne pose pas de problème quand les observateurs sont là pour dessiner, votre corps n'est rien qu'un objet en trois dimensions, complexe, plein d'ombres, lumières et noeuds.      Ce n'est que quand une pause survient que tout se retrouve chamboulé. Descendre de l'estrade, attraper son peignoir et l'enfiler, c'est ces moments-là qui... [Lire la suite]
Posté par herve le derve à 20:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]