En goûtant en charmante compagnie, un mot de mon enfance est remonté de l'oubli.

     La MIOTEE ! Le dimanche soir, ma mère décrétait qu'elle ne ferait pas de repas, c'était libre à chacun de manger ce qu'il trouvait, et très souvent, je prenais une "miotée".

   J'ai cherché en vain dans le petit Robert avant de le trouver sur internet, grâce au merveilleux travail de Louis Du Bois avec son Glossaire du patois normand.

     Je cite : "MIOCHÉE ; MIOLÉE ; MIOTÉE : pain émié dans du cidre, du poiré ou du lait.". Le MIOT serait d'ailleurs "gros morceau de mie"...