La mémoire, s'avère-t-il, a des racines profondément ancrées dans le corps.

Il suffit parfois de l'odeur de la paille pourrie ou du cri d'un oiseau pour me transporter loin et à l'intérieur.