Être poète, c'est revenir à la ligne sans majuscule ni rien, attendu que les mots trouveront preneurs dans le chaos.