- Hervé : Bonjour Eric !

- Eric Henninot : Salut Hervé !

- Hervé : Après deux entrevues sur ce blog (juin 2011 et novembre 2014), je suis ravi de te retrouver et de t'embêter à nouveau avec mes questions à tiroirs à l'occasion de la sortie du tome 1 de ton adaptation du roman d'Alain Damasio : La Horde du Contrevent !
http://sm.ign.com/ign_fr/screenshot/default/23586_gwbp.jpg

- Eric H. : Avec plaisir !

- H : En relisant notre dernier entretien, j'ai retrouvé la date de tes premiers travaux d'adaptation de La Horde du Contrevent : 2012 ! Tu m'avais dit alors que la première version du scénario avait été rédigée en 2012, en résidence à Château Brignon à Bordeaux, et que tu pensais que tout serait bouclé et sorti en 2016. Je suis bien au courant que ta bande dessinée Fils du Soleil scénarisé par Fabien Nury est sortie en 2014, et que tu n'as pas passé l'intégralité de ces cinq dernières années sur La Horde, mais peux-tu retracer pour nous les différentes étapes de ce travail titanesque ?
http://a395.idata.over-blog.com/275x390/4/06/61/84/Bande-dessinee-24/Fils-du-soleil-2.JPG
Planche de Fils du soleil, Nury-Henninot

- E : Mes premiers dessins pour La Horde remontent à juin 2011 ! Sur une suggestion d'Alain Damasio, J’ai montré mes premiers travaux  à « Forge Animation » qui projetait alors de réaliser La Horde du Contrevent en film, bande dessinée, jeu vidéo. Leur idée était de faire une adaptation trans-média de l'univers de La Horde. Je dis était, car malheureusement, le projet ne s'est finalement pas fait. Mes dessins leur ont plu et ils m'ont alors proposé de réaliser ma BD au sein de ce projet trans-média, afin de créer une synergie qui serait profitable à tous. L'idée était séduisante, mais il était par contre pour moi hors de question de faire « la BD du film ». Partager nos idées pourquoi pas, mais je voulais garder une totale liberté dans mon travail. Je voulais faire mon adaptation, proposer ma vision du roman d'Alain. Et comme ils étaient d'accord avec ça, nous avons commencé à parler plus concrètement d'une collaboration. C'était assez atypique comme façon de faire, mais l'aventure me tentait bien.  A ce moment-là en effet je travaillais avec Fabien (Nury) sur Fils du Soleil qui a paru  chez Dargaud. Et je bossais aussi avec Mathieu Lauffray en tant qu'assistant décor sur le tome 4 de Prophet.  J’ai également eu la chance un peu plus tard, fin 2012 je crois, de partir  en résidence pendant deux mois à Bordeaux pour écrire le scénario du tome 1 de La Horde. J’ai fait lire cette V1 (première version) à Forge Animation, et ils ont apprécié. Mais ensuite, cela s'est compliqué et le contrat mettait vraiment beaucoup de temps à se mettre en place. J’étais en train de terminer Fils du soleil, et je ne pouvais plus  attendre davantage. J'ai dit alors à Alain et Mathias (éditeur de La Horde du Contrevent) que  j'arrrêtais  là. Malgré mon envie de faire ce projet et l'énergie que j'y avais mise, il m'était impossible d'attendre plus longtemps un contrat qui ne viendrait jamais. A ce moment-là, je pense vraiment que le projet est mort et je me suis fait une raison. J'avais d'ailleurs commencé à développer un autre projet, très personnel. Mais Alain et Mathias m'ont rappelé en me disant qu'ils voulaient vraiment que je fasse la BD de La Horde, mais cette fois, indépendamment du projet du film. J'ai donc pu à ce moment-là, monter un dossier et le présenter aux éditeurs, plusieurs ont manifesté  leur intérêt, et j'ai finalement signé chez  Delcourt.
https://www.2dgalleries.com/planches/2014/279/lauffray-prophet-tome-4-de-profundis-planches-12-13-3eoa.jpg
Prophet, tome 4, De profundis, Lauffray-Pion-Henninot

- H : La préface de l'auteur Alain Damasio est magnifique ! Comment pourrais-tu nous parler de vos rapports, amicaux, créatifs, professionnels ? Vous voyez-vous sur Marseille ?

- E : On s’entend très bien ! Notre relation est épisodique, on se voit peu, mais c’est chaque fois riche et intense (comme avec toi, rires!). Alain se demandait un peu si j’avais le coffre pour un tel projet (comme il le dit dans sa préface avec humour!), et il a fallu du temps pour que nous nous apprivoisions l'un l'autre. C'est bien sûr parfaitement normal, et je crois qu'au fil du temps, il a pu voir que mon envie de faire cette adaptation était réelle, pas juste des paroles en l'air et que je m'investissais vraiment et prenais des risques pour cela. Enfin, je ne peux pas parler à sa place bien sûr. Ce qui est certain, c'est que si j'avais été à sa place, j'aurais fait pareil et pris du temps histoire de tâter le terrain et de voir un peu qui était ce zozo !
https://scontent-lhr3-1.cdninstagram.com/t51.2885-15/e35/21435496_2111410975814578_603373459761790976_n.jpg
croquis


- H : Nous en discutons depuis cinq ans, c'est la première bande dessinée que tu scénarises et dessines, en auteur complet ! Dis-nous comment cette expérience a changé tes pratiques, ton travail ? Et tes difficultés, et tes joies ?

- E : Ecrire le scénario, ça change tout ! J'ai travaillé le scénario et le dessin de façon très séparée en fait. J’ai d’abord tout scénarisé avant de passer au découpage. Et pour la première fois également,nj'ai storyboardé l'ensemble du livre avant de me lancer sur les pages proprement dites. Je n'hésite pas non plus à demander des retours sur ce que j'écris, et j'ai ainsi pu bénéficier de nombreux avis et conseils. Ceux de Loïc Dauvillier par exemple (scénariste BD et réalisateur de film d’animation) à la résidence de Bordeaux, puis de Forge Animation. Il y a bien sûr David Chauvel, mon éditeur, qui m’a suivi tout du long de la réalisation de l'album,  mes proches (mon amie), et surtout Alain Damasio lui même qui n'hésite généralement pas à donner son avis de façon... frontale. Surtout quand on lui résiste. Ce qui est très déstabilisant et précieux.
En septembre 2016, ce fut très difficile : suite à une réunion avec de nombreux scénaristes j’ai dû refaire un bon tiers  de la BD ! Le comité trouvait (à juste titre, maintenant je le vois bien) qu'il était trop difficile d’entrer dans cet univers pour ceux qui n’avaient pas lu le roman. J’ai dû remplacer les six premières planches par une quinzaine de nouvelles, déplacer des séquences, tout revoir ! C’était très dur, j’ai réellement pensé à tout abandonner à ce moment-là!
https://www.bedetheque.com/media/Planches/PlancheA_311051.jpg

- H : J'ai eu le bonheur de lire ta vision de La Horde en avant-première et je dois dire que j'ai été conquis ! Et tu connais mes réticences en tout, mes jugements esthétiques infinis... La première lecture m'a paru dense, riche, tu as posé l'univers très habilement et rapidement, les vents étant dévorants, les personnages butés, soudés face à eux. A la deuxième lecture, j'ai mieux saisi les axes narratifs, les caractères tranchés des protagonistes, et j'ai pris un grand plaisir à sentir la richesse et l'unité de ta bande dessinée. A la troisième lecture, je n'ai eu qu'une hâte, lire la suite ! Comment as-tu réussi à construire ce récit avec autant de personnages, ce monde imaginaire fou et cette quête hors du commun ?

- E : Comme je viens de te le dire, ça a été une lutte. Alain a lu (presque) chaque version, il me disait ceci ou cela, qu’il fallait que je retravaille la dramatisation, que Golgoth ne ferait pas ci ou ça (même si c'était le cas dans le roman !!:) )... je n'étais pas toujours d'accord mais généralement, il faut bien reconnaître qu'il avait raison. Ça a d'ailleurs été une grosse part du travail de déterminer ce que je prenais et ce que je laissais des avis d'Alain. Etant l'auteur du roman, il est évident que ce qu'il me disait pesait très lourd dans la balance. Mais si je voulais que cela reste mon adaptation, il fallait également que je garde une certaine distance et trouve mes propres solutions. Bref, ça n'a pas toujours été simple, mais ça a été d'une richesse incroyable.  Concernant le nombre de personnages, tout le monde me disait que c’était de la folie de partir avec vingt-trois personnages. Et même en les réduisant à dix-huit, c’était encore trop pour la caractérisation de chacun, pour la narration. Il m'a fallu faire des choix et privilégier certains d'entre eux, si je voulais rester intelligible… Trois versions, puis la réunion de 2016, après laquelle j’ai presque tout refait, quatrième puis cinquième version… Bref, j'ai pas mal bossé. Sans parler du dessin.

- H : Je sais que tu travailles aux autres tomes. Comment t'y prends-tu ?

- E : Aujourd’hui (12 octobre 2017), je pense que le squelette du scénario du tome 2 est posé, même s'il va très certainement encore bouger. Cette fois, je construis une problématique qui s’étale sur le tome 2 et 3, un diptyque. Alain continuera de me donner son avis normalement... Je pense qu'avec l'expérience du tome 1 et tout ce que j'ai déjà posé de l'univers, ce devrait être plus simple. Mais bon, je ne m'avance pas trop, vu toutes les surprises que j'ai eues sur le tome 1, je m'attends à tout maintenant !

- H : Comment as-tu géré l'épineux problème de la réception de cette adaptation ? Je m'explique : les lecteurs fans (plus de 200 000 !) de La Horde seront sûrement enclins à comparer les deux, ce qui change, ce que tu as modifié, conservé... et ceux qui n'ont pas lu l'oeuvre d'origine, comment leur présenter un tel foisonnement romanesque en bande dessinée sans les perdre?

- E : Alors... je n'ai rien géré du tout ! Je ne me suis jamais préoccupé de savoir comment les lecteurs de La Horde et encore moins les « fans » allaient lire ma BD. Je sais bien qu'ils m'attendent au tournant. Que certains aimeront d'autres détesteront. Peut-être même que je me ferais assassiné par un fan que mon outrecuidance aura rendu fou de rage ! Dans le meilleur des cas ! :) C'est comme ça. Si j'ai choisi d'adapter ce livre, c'est parce que je l'aime profondément. A priori personne ne décide de passer plusieurs années de sa vie à travailler à une œuvre à la légère. En tout cas, pas moi. J'ai essayé de faire une bonne BD, voilà tout. Y arriver, c'est autre chose, mais c'est indépendant du fait que ce soit une adaptation. Je pense que les lecteurs les plus « objectifs » seront ceux qui n'ont pas lu le roman et qui découvriront cet incroyable univers pour la première fois. Et en effet, j'ai vraiment essayé de rendre le plus clair possible cet  univers d'une grande complexité, sans en sacrifier la richesse. Justement pour ne pas perdre les lecteurs et ne pas m'adresser uniquement à ceux qui auraient lu le roman. Et je pense y être parvenu.  C'est d'ailleurs pourquoi il y a de grandes « différences » avec le roman. Et c'est justement ce qui pour moi, au delà du bonheur que j'ai eu à créer visuellement tout un univers, rend la chose intéressante.  C'est une véritable réécriture que j'ai dû faire.
J’ai lu déjà des critiques de certains fans du roman sur internet qui « comparent » les deux œuvres, et qui  pensaient que la BD était moins bien que le roman… Je ne suis pas bien sûr que ce soit une façon de lire très pertinente, mais chacun est libre. D'autres sont extrêmement élogieuses. C'est le jeu. Mais ce qui est sûr c'est que je ne regarde plus les avis sur le net, c’est plus simple. Je n'ai pas fait « l' » adaptation de La Horde, mais « une » adaptation de La Horde, la mienne. Comme le dit Alain d'ailleurs. Bien d'autres sont possibles, et c'est ce qui à mon avis est intéressant justement. Après bien évidemment, personne n'est tenu d'apprécier cette interprétation ! Mais moi, j'ai besoin de préserver mon énergie pour la suite du travail qui m'attend.

- H : Sais-tu déjà combien de tomes te seront nécessaires pour clore ton adaptation ? Et combien d'années également ? (il a raison Alain Damasio, tu es bien un "Golgoth", et pas n'importe lequel !)

- E : Cinq tomes, mais peut-être six. C’est dur de savoir, ça dépend aussi de la réception du public… Six tomes sont prévus en tout cas. Alain projette également de faire un tome 2 du roman, qui sait ce qui peut se passer…

- H : Tu as exploré plusieurs pistes en tant que créateur : dessinateur, assistant, dessinateur et scénariste d'un roman existant... La prochaine étape serait-elle : dessinateur et scénariste d'une histoire que tu créerais de A à Z ?

- E : Oui, bien sûr, j'aimerais écrire une histoire par moi-même ! Mais c'est encore une autre étape importante ! Et ces derniers temps, j’ai l’impression de faire des grands sauts à chaque fois !

- H : Y a-t-il des scénaristes, coloristes, dessinateurs avec qui tu as envie de travailler à l'avenir ?

- E : Je t'avoue que je n'y ai pas du tout réfléchi pour le moment. Je suis trop accaparé par La Horde. Parfois, je me vois bien écrire avec Alain, quelque chose de complètement nouveau, mais à deux dès le départ! Mais bon, il est super occupé et moi aussi. Je pense aussi à Jean-François Jaworski dont j’adore Gagner la guerre notamment. Je l’ai déjà contacté d’ailleurs, mais il avait trop de projets en cours…

- H :   Quelles sont les bandes dessinées que tu lis ces derniers temps, les auteurs que tu suis ?

- E : Houlàà, ça c'est la question piège. Je lis de la BD, souvent, mais ce n'est pas forcément l'actualité. Je lis et relis pas mal de classiques. Mais je pense que c'est dû au fait que je me suis mis à l'écriture. J'ai besoin de comprendre la façon dont les grands auteurs procèdent. Je me nourris, j'apprends. Mais en ce moment par exemple , je rattrape mon retard sur Hellboy, même si je trouve les histoires parfois assez inégales. Je préfère BPRD personnellement. Je trouve ça vraiment très très bon ! J’ai beaucoup aimé Texas Cowboys de Bonhomme et Trondheim récemment... pour ce qui est de mes goûts en BD d'une manière plus générale, ça ferait une liste trop longue et fastidieuse je pense. En tout cas, c'est très varié.
BPRD, L'enfer sur terre, Mignola-Arcudi-Crook-Davis-Stewart-Moskow
Texas Cowboys - tome 1 - Tome 1
Texas Cowboys, Bonhomme-Trondheim

J’ai plutôt lu beaucoup de romans dernièrement : Les nouvelles histoires extraordinaires de Poe, Quatre romans noirs de Benacquista, Moon palace d’Auster, Sous le règne de Bone de Russell Banks, plusieurs romans de Murakami, L’Œuvre de Dieu la part du Diable d’Irving, Venus erotica de Nin, Les Monades urbaines de Silverberg, Désolations de Vann, Le Monde inverti de Priest

- H : Peux-tu indiquer à nos lecteurs tes dates de dédicaces, de ton tour de France à venir pour la présentation de ta bande dessinée ?

- E : Oui, pas mal de dates… Le 18 octobre à Rennes avec Alain, les 19 et 20 à Paris, je vais au festival de Saint-Malo du 27 au 30 octobre, aux Utopiales de Nantes du 4 au 5 novembre, à Lyon le 17 novembre, à Grenoble le 18 novembre, à Ajaccio du 24 au 26 novembre, à Marseille le 2 décembre...

- H : Bon, Eric, je t'ai assez ennuyé avec mes questions, merci encore de t'être prêté à ce petit jeu des questions et des réponses ! Que voudrais-tu rajouter que nous n'aurions pas évoqué ?

- E : Eh bien, contrairement à ce que dit Alain dans sa préface, je ne grimpe pas encore du 7C ! Mais j'y travaille.

- H : Merci encore à toi ! Je te souhaite une très bonne sortie d’album !

- E : Merci !